RDC : le régulateur interdit « une campagne électorale prématurée » dans les médias et sur les réseaux sociaux

0
178

A l’approche des élections présidentielles de 2023, le régulateur se montre de plus en plus strict envers les médias. Le patron du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) a averti que tout traitement d’une campagne prématurée serait sanctionné.

En RDC, le régulateur des médias interdit à tous les médias, y compris la presse publique, de « traiter des sujets ayant trait à une campagne électorale prématurée ». C’est la substance du message transmis par Christian Bosembe, le président du conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), dans la conférence de presse organisée le 10 octobre.

« A l’heure actuelle, la campagne électorale n’est pas encore officiellement autorisée, mais tous les médias, y compris la RTNC, se sont déjà lancés dans des diffusions de ce type. C’est un désordre que le CSAC ne compte pas cautionner. La campagne électorale sera lancée et les acteurs politiques auront le temps de présenter leurs offres politiques », a déclaré le président du CSAC.

Il a fait savoir que toute publication pouvant être assimilée à une campagne prématurée est interdite pour les médias et même sur les réseaux sociaux. « Pour l’instant, il est interdit toutes formes de messages de propagande dans les médias et même sur les réseaux sociaux. Que les patrons des médias évitent de traiter les sujets ayant trait à la campagne », a ajouté Christian Bosembe.

Invité sur Radio Okapi, il a renchéri en précisant que les médias contrevenants à l’interdiction risquent une suspension pouvant durer 90 jours voire « la déconnexion, pour les cas extrêmes ».

Servan Ahougnon