AGRO: L’Egypte annonce son retrait de l’Accord international sur les céréales

0
139

L’annonce du retrait du premier importateur mondial de blé de l’accord conclu en 1995 sous l’égide de l’ONU intervient dans un contexte de perturbation des marchés céréaliers, en raison des répercussions négatives de la guerre en Ukraine.

L’Egypte, premier importateur mondial de blé, a annoncé son intention de se retirer d’ici fin juin 2023 de l’Accord international sur les céréales conclu en 1995 sous l’égide des Nations unies, a rapporté l’agence Reuters jeudi 9 mars, citant un dirigeant du Conseil international des céréales (CIC).

« La notification du retrait de l’Egypte de l’Accord international sur les céréales a eu lieu sans information préalable. Plusieurs délégations au sein du CIC sont surprises et attristées par cette décision », a déclaré à Reuters Arnaud Petit, directeur exécutif du Conseil international des céréales, une organisation intergouvernementale qui administre l’accord international entré en vigueur le 1er juillet 1995.

M.Petit a également indiqué que de nombreux pays membres de l’accord demanderaient à l’Egypte de reconsidérer sa décision, sans préciser les motifs du retrait du pays le plus peuplé du monde arabe.

L’Accord international sur les céréales comprend deux instruments juridiques distincts : la Convention sur le commerce des céréales et la Convention sur l’aide alimentaire.

La Convention sur le commerce des céréales prévoit le partage d’informations, l’analyse et les consultations sur le marché des céréales et l’évolution des politiques. Elle a pour objectif notamment de favoriser la coopération internationale dans tous les aspects du commerce des céréales, d’assurer que ce commerce s’effectue le plus librement possible, de contribuer à la stabilité des marchés internationaux des céréales.

En vertu de la Convention relative à l’aide alimentaire, les pays donateurs s’engagent à fournir chaque année des quantités déterminées d’aide alimentaire aux pays en développement sous forme de céréales propres à la consommation humaine ou de fonds. Cette convention reprend l’objectif fixé par la Conférence mondiale de l’alimentation, à savoir apporter chaque année aux pays en développement une aide alimentaire d’au moins 10 millions de tonnes de céréales.

Le retrait de l’Egypte de l’accord intervient dans un contexte de perturbation des marchés céréaliers, en raison des répercussions négatives de la guerre en Ukraine.

Un accord négocié l’été dernier sous l’égide de l’ONU a permis de sortir plus de 20 millions de tonnes de céréales des ports ukrainiens depuis le 1er août 2022, contribuant ainsi à soulager les Etats importateurs, mais des doutes planent sur le renouvellement de cet accord historique, qui expirera le 18 mars prochain. Moscou a précisé jeudi 9 mars que l’accord céréalier n’était qu’à moitié mis en œuvre, notant que les sanctions imposées aux secteurs des paiements, de la logistique et de l’assurance l’empêchent encore d’exporter ses propres céréales et engrais.

Ecofin


Warning: A non-numeric value encountered in /home/customer/www/pointafrique7.com/public_html/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008