Honorable Abdoulaye Choua Ali parle de la jeunesse tchadienne

0
654

Né le 31 juillet 1963 à Fort-la-Chapolle, actuelle ville de Sarr, ce député du 8ème arrondissement  de la ville de N’Djamena est marié et père de 7 enfants. Transitaire au 1P24départ, il est entré en politique par conviction en tant que fidèle au idéaux de son Excellence Idriss Deby Itno, Président de la République et président-fondateur du Mouvement patriotique du salut (Mps). En homme de terrain, il livre ici ses impressions sur le paysage politico-social de son pays.

Comment avez-vous embrassé la politique ?

Moi,  j’ai embrassé la politique avec l’avènement du 1er décembre 1990. J’ai suivi les traces du Président-fondateur du Mouvement patriotique du salut (Mps), Idriss Deby Itno dans son programme. Je me suis retrouvé là et voilà comment j’ai commencé à faire mes premiers pas dans la politique, plus précisément dans le Mps.

 

Etant que militant convaincu du Mps, quel bilan pourriez-vous nous faire par rapport aux 23 ans de règne du Président de la République, son Excellence   Idriss Deby Itno au pouvoir ?

En tant que militant convaincu du Mps, pour parler du bilan que je peux faire à mon niveau, je voudrais d’abord rappeler ces mots du  Président au début de sa prise  de pouvoir : « je ne vous apporte ni or ni argent  mais la liberté ». Aujourd’hui,  partant de la liberté pendant tous ses 23 ans, on a l’or, on a l’argent. Je pense que le bilan est  positif malgré le fait que le pays a connu les guerres et autres, mais ça n’a jamais découragé notre Président-fondateur. Il a tenu bon et surtout personne ne peut oublier le voyage historique qu’il a effectué au Soudan pour nous ramener la paix qui permet aujourd’hui  au Tchad d’avancer. On a la renaissance ! On a tout ! Vraiment je dis merci à son excellence Idriss Deby Itno.

 

Vous êtes démocratiquement élus Député du 8ème  arrondissement de la ville de N’Djamena à la troisième législature en cours. Déclinez-nous les actions faites  au profit de vos électeurs ?

 

Bien sûr, j’ai été élu haut-les-mains effectivement dans le 8ème arrondissement et  c’est une occasion pour moi de remercier tous mes électeurs parce que vraiment ils se sont mobilisés pour m’élire député. Les actions faits au profit de nos électeurs c’est qu’on suit pas-à-pas le programme de son excellence le chef de l’Etat. Et dans ce programme je pense que tous les Tchadiens s’y retrouvent. Donc on ne peut que gagner, c’est un bel  exemple pour nous.

 

Monsieur, vous étiez un grand transitaire avant de vous jeter dans la politique. Comment trouvez-vous le niveau du business tchadien ?

 

C’est vrai, j’étais transitaire agréé à la Cémac. C’est un monde d’affaires, et je suis maintenant dans le monde de la politique. Les affaires au Tchad maintenant je peux vous rassurer qu’elles vont bon train, puisque tout ce qui est mis en place pour le développement du commerce au Tchad prouve qu’il y a un avenir radieux pour nous les hommes d’affaires tchadiens.

 

En tant qu’élu du peuple, que dites-vous de la cherté de la vie au Tchad ?

La cherté de la vie est une situation générale, c’est mondial, ce n’est pas propre au Tchad. Pour nous ici,  le gouvernement est en train de se battre pour un peu stabiliser ces flambées des prix de denrées alimentaires. Et je crois que vous avez constaté que lors du discours du chef de l’Etat tout récemment à Bongor, il a tapé la main sur la table. Ce qui veut dire que les autorités vont essayer de combattre ce phénomène.

 

Avez-vous un message à l’endroit de la jeunesse tchadienne ?

Voilà cette jeunesse que vous avez vue à Bongor, vous avez vu comment elle était mobilisée au tour du chef de l’Etat.  A ces jeunes, moi je leur dit qu’ils ont la chance que le chef de l’Etat a axé son quinquennat sur la jeunesse. Donc, c’est très important. Aujourd’hui il y a des universités, il y a des stades et tout cela c’est pour permettre à une jeunesse de réussir dans sa vie. Je leurs dis de prendre leur courage à deux mains, de suivre le bel exemple du premier jeune tchadien et tout ira pour le mieux pour notre pays.

 

Honorable, vous avez participé  aux festivités marquant le 23ème anniversaire de la journée de la liberté et de la démocratie. Quelles sont vos impressions ?

Après la fête du 23è anniversaire de la liberté et de la démocratie, mes impressions sont bonnes. Ce sont des expressions de joie, de gaieté, puisque tout le Tchad s’est retrouvé à Bongor et on a bien fêté. Je profite de l’occasion pour remercier les organisateurs qui ont réussi cette fête. Je dis également merci à tout le monde car vraiment on a prouvé aux autres que Bongor c’est la ville où  le chef de l’Etat a fait ses études et sincèrement la fête était à la hauteur.

 

Propos recueillis par THOMSON  OUMAR BEELEM

.