Délestage au Sénégal : le gouvernement s’excuse et s’explique

0
175

Les délestages au Sénégal  ont atteint en  cette bougiesaison chaude un niveau  insupportable.  L’administration  tourne au ralenti. L’économie est frappée de plein fouet, Les manifestations de colère se multiplient  la Sénélec est peu disert sur le sujet ; le gouvernement interpellé

 A la mi-juillet, une manifestation de protestation contre les délestages  tourne au drame  à Dakar. Le jeune Abdoulaye Wade Yinghou  trouve la  mort  dans des conditions encore non élucidées. La colère monte d’un cran au sein de la population excédée par les coupures quotidiennes de courant.   Lamine Sow  un jeune Etudiant de Saint-Louis est  très enflammé contre le gouvernement     : «  Comment  peut-on vivre une telle situation dans un  pays comme le Sénégal  au 21e siècle ?  Les coupures d’électricité pendant de longues heures  en journée  et dans  la nuit nous exaspèrent.  Vous ne pouvez rien faire parce aucun service ne fonctionne à son meilleur niveau. Vous ne pouvez pas  travailler sur Internet parce que les ordinateurs ne fonctionnent pas sans courrant. C’est  intenable ! »

 Dans le voisinage de Sow  ce sont quasiment les même plaintes, Ousmane Mbengue enseignant  se dit consterné : «  les ménagères ne peuvent plus conserver de la viande  ou des légumes dans les congélateurs  faute d’électricité. Dans certains domiciles ces appareils sont  débranchés depuis plus d’un mois.  Des gens accusent  beaucoup de fatigue le jour parce que justement, en cette saison  de chaleur  on ne peut pas jouir d’un  bon sommeil  la nuit sans ventilation».

Pour Pape P. un habitant de Dakar, «  le comble c’était pendant la Coupe du monde. La  prétendue compagnie publique d’électricité, la Sénélec  n’a pris aucune disposition pour nous épargner les délestages pendant les matches. La Coupe du monde, un événement unique en son genre… Il faut attendre quatre années encore pour le vivre. » 

 Dans la région de Thiès, les tailleurs ont annoncé qu’ils ne payeraient pas leurs quittances d’électricité. Tandis que  les  jeunes de la localité de  Mbour ont lancé un appel   pour une « marche nationale » le 23 juillet.

Le Sénégal comme de nombreux pays en Afrique  connaît  les problèmes de rationnement de l’énergique électrique, cependant  les délestages de ces derniers mois ont surpris par leur ampleur. Jamais le pays n’a connu pareille situation.  Au delà  du coup qu’ils portent sur  l’économie sénégalaise, la  détérioration de la qualité  de la vie qu’ils entraînent accroît la tension  et les risques  d’une crise sociale. Les manifestations qui se sont multipliées dans les villes sénégalaises ont poussé le gouvernement à réagir.

 Au cours de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale du 21 juillet  consacrée au phénomène, le Ministre de l’énergie a présenté ses excuses aux peuples Sénégalais pour les désagréments générés par les  coupures régulières de courrant. Il a indiqué que des mesures  seront prises pour que cela ne se reproduit plus.

 S’agissant des causes de  l’aggravation du délestage ces derniers temps,  il a évoqué  le problème de combustible de mauvaise qualité qui a provoqué des dégâts sur les machines de la Sénélec  et donc la chute vertigineuse de la production électrique dans le pays.

 Une enquête serait en cours  pour évaluer si le combustible était de mauvaise qualité  dès le départ ou s’il a été pollué après l’achat, a affirmé un membre de la Sutelec (Syndicat unique des travailleurs de l’électricité).  

Les sénégalais  vivent  ces derniers temps au rythme  de  deux à cinq heures de courrant par jour dans certaines localités. Le délestage ont imposé  en ont assez des délestages Le  20 juillet  la séance de question  qui en plus durent des heures.

vincent doudane

 

.