Namibie: Le gouvernement veut s’appuyer sur la technologie satellitaire pour améliorer les services de communication

0
181

Le gouvernement namibien veut accélérer l’adoption des services de communications électroniques dans le cadre de ses ambitions de transformation numérique. L’exécutif voit en la technologie satellitaire une solution pour atteindre rapidement cet objectif. 

Le gouvernement namibien considère la mise en œuvre de la technologie satellitaire pour améliorer les services de communication dans le pays. L’initiative a été révélée la semaine dernière par Peya Mushelenga (photo), ministre des Technologies de l’information et de la communication, lors de la réunion annuelle du personnel de son département.

Le ministre n’a pas précisé la façon dont la technologie satellitaire sera mise en œuvre dans le pays. Le gouvernement a le choix entre construire son propre satellite de télécommunications ou signer des partenariats avec des opérateurs de satellites afin d’exploiter leurs équipements. Par ailleurs, le fournisseur de services Internet à haut débit par satellite Starlink prévoit de lancer ses activités dans le pays au cours de cette année.

Le projet devrait permettre d’accélérer la couverture du territoire namibien en services de téléphonie mobile et en connectivité Internet à haut débit. La technologie satellitaire s’avère plus adapter à cet effet, car elle offre une portée plus grande permettant de toucher même les populations vivant dans des zones rurales, reculées et difficiles d’accès pour le réseau terrestre des opérateurs télécoms.

« Les technologies de l’information et de la communication représentent une énorme opportunité d’introduire des changements positifs significatifs et durables dans le monde en développement. La pénétration rapide de l’accès à la téléphonie mobile, en particulier, a permis d’améliorer considérablement la vie des pauvres dans les zones rurales et urbaines », a expliqué M. Mushelenga.

Pour rappel, la Namibie comptait 1,37 million d’abonnés à la téléphonie mobile au début de l’année 2023 pour un taux de pénétration de 53 %, selon les dernières statistiques de la plateforme de données DataReportal. Le nombre d’abonnés aux services de téléphonie mobile était de 2,81 millions pour un taux de pénétration de 108,7 %. Cependant, les chiffres réels devraient être moins importants, étant donné que certaines personnes possèdent plusieurs cartes SIM.

Ecofin


Warning: A non-numeric value encountered in /home/customer/www/pointafrique7.com/public_html/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008