L’ex-président Charles Taylor poursuit le Liberia pour « non-paiement de sa pension de retraite »

0
242

Depuis 2012, Charles Taylor, ancien chef de guerre devenu président du Liberia purge une peine de 50 ans d’emprisonnement dans une prison anglaise, pour des crimes commis au cours de la guerre civile sierra-léonaise.

Emprisonné pour crimes de guerre, l’ancien président libérien Charles Taylor (photo) a déposé une plainte contre son pays, pour « non-paiement de sa pension de retraite », révèle un communiqué de la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), publié lundi 25 octobre.

« Dans sa plainte, l’ancien président affirme que l’action du gouvernement [le refus de payer sa pension, Ndlr] constitue une violation de ses droits humains, en particulier le droit de ne pas subir de discrimination, l’égale protection de la loi, le droit à la dignité, à une audience équitable et à la propriété ».

Selon les explications d’Adama Dempster, secrétaire général de la Plateforme de la société civile pour la défense des droits de l’Homme au Liberia, joint par l’AFP, Charles Taylor devrait obtenir gain de cause. « Il n’a pas été condamné pour des crimes commis au Liberia, ce qui n’affecte pas ses droits ici ».

Reconnu coupable de 11 chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pour des actes commis pendant la guerre civile en Sierra Leone, Charles Taylor purge une peine de 50 ans de prison, depuis sa condamnation en 2012.

La Cour de justice de la Cedeao a indiqué qu’aucune date n’a encore été fixée pour l’audience de Charles Taylor qui a dirigé le Liberia entre 1997 et 2003, après l’un des conflits civils les plus sanglants d’Afrique.


Warning: A non-numeric value encountered in /home/customer/www/pointafrique7.com/public_html/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008