Inondations dans le septentrion : mauvais sort pour le coton

0
2143

Le coton béninois n’est pas totalement CotonBaffranchi de ses déboires. Alors que le gouvernement a tout le temps annoncé de façon tapageuse la grande réussite de cette campagne, il semble que les choses ne se sont pas aussi bien passées comme on pouvait le penser.

Selon nos sources, les inondations au nord l’ont fortement contrarié et l’amènent à revoir ses ambitions à la base.

Depuis quelques semaines, une sorte de relâchement et de lassitude s’est emparée du gouvernement dans son élan à proclamer urbi et orbi la réussite de la campagne cotonnière 2012- 2013. Naguère prompte à annoncer des chiffres exorbitants de 500.000 ou 600.000 tonnes-chiffres jamais atteints au Bénin- de production nationale de coton, le gouvernement s’est résolu à ne plus rien dire sur le coton.

Même les visites fréquentes et intempestives du Chef de l’Etat dans les champs de coton se sont raréfiées ces derniers jours. Que s’est-il passé réellement pour qu’on observe ce changement de méthode ? Selon des sources proches des producteurs de coton, plusieurs hectares de champs de coton ont été engloutis par les eaux dans plusieurs communes du septentrion.  Ce sont les communes riveraines du fleuve Niger et de ses affluents qui ont été victimes. Plusieurs habitations ont été détruites mais aussi des champs de coton. Chose curieuse, les nombreuses images montrées par la télévision ne font pas cas de ces inondations des champs de coton.

Tout se passe comme si le gouvernement a décidé de cacher aux populations cette nouvelle mésaventure que connaît la filière. Une impasse est faite sur cela. Il n’est pas bon pour le gouvernement, après avoir tant vanté la réussite de la campagne cotonnière, de dire encore autre chose. Ce serait pris pour un aveu d’échec et ce serait une manière implicite de proclamer l’incapacité du gouvernement à gérer seul cette campagne après l’exclusion de l’Aic et du Cspr de Talon. Dimanche dernier, le Chef de l’Etat a organisé une énième rencontre avec les acteurs de la filière.

Mais contrairement aux précédentes réunions, cette dernière n’a pas fait l’objet de médiatisation à outrance. Selon les indiscrétions, le Chef de l’Etat a abordé avec les acteurs les nombreuses difficultés que connaît la campagne actuelle et qui risque de saper un peu les ambitions du pouvoir. Selon les informations glanées ça et là, les chiffres de 500.000 tonnes de coton espérées ne peuvent être atteints. Ce qui serait un coup dur pour un gouvernement qui a mis plus de 100 milliards dans cette campagne cette année. Plus grave, le coton représentait le dernier espoir du gouvernement pour accroître le taux de croissance après l’échec des reformes structurelles dans le domaine portuaire.

Marcel Zoumènou

 .