Sénégal : la CEDEAO condamne les violences et appelle à la retenue

0
94
Riot police officers walk near a car set on fire during clashes between supporters of Senegalese opposition leader Ousmane Sonko and security forces after Sonko was sentenced to prison in Dakar Senegal June 1, 2023 REUTERS/Zohra Bensemra

Après la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko par contumace à deux ans de prison fermes, des violences ont éclaté au Sénégal entre ses partisans et la police. D’après le ministère de l’intérieur, neuf personnes ont déjà perdu la vie dans les affrontements.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a condamné dans un communiqué, les violences qui ont éclaté au Sénégal suite au verdict du procès Adji Sarr.

Dans une courte déclaration publiée ce vendredi 02 juin, l’institution a annoncé suivre « avec inquiétude l’éruption de la violence au Sénégal » et condamner fermement « les violences qui ont visé les forces de sécurité, les biens publics, les propriétés privées et troublé l’ordre public ».

Cette annonce est intervenue après un vendredi sous tension à Dakar, où de nombreux jeunes sont sortis dans la rue pour protester contre le jugement prononcé contre l’opposant sénégalais Ousmane Sonko. Poursuivi en justice par Adji Sarr, une employée du salon Sweet Beauté à Dakar qui l’accuse de viols répétés, l’ancien candidat à l’élection présidentiel arrivé troisième en 2021 a été condamné en première instance à deux ans de prison fermes.

Le verdict a provoqué de violentes émeutes menées par les soutiens d’Ousmane Sonko dans la capitale sénégalaise, qui dénoncent un procès politique et une tentative du gouvernement de Macky Sall pour écarter son principal rival de la prochaine course à la présidentielle.

Ces nouvelles violences représentent un nouvel épisode de la longue guerre politique qui oppose Ousmane Sonko au pouvoir en place depuis quelques années. Quelques jours plutôt, l’ancien député avait été ramené de force à Dakar par les forces de sécurité sénégalaises, après qu’il ait lancé une « caravane de la liberté » partant de Zinguinchor pour la capitale sénégalaise. Absent à son procès pour viol, Ousmane Sonko avait également été condamné par la justice à six mois de prison avec sursis, pour diffamation contre le ministre du tourisme, Mame Mbaye Niang.

D’après les premiers bilans disponibles, neuf personnes auraient été tuées dans les affrontements entre la police anti-émeutes et des soutiens du chef du parti Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF).

La CEDEAO a indiqué qu’elle reste « saisie de l’évolution des événements au Sénégal ». « Elle appelle tous à défendre la réputation louable du pays en tant que bastion de paix et de stabilité » ajoute le communiqué.

Notons que les accès aux réseaux sociaux comme Facebook, WhatsApp ou Twitter ont été restreints par les autorités.

Moutiou Adjibi Nourou


Warning: A non-numeric value encountered in /home/customer/www/pointafrique7.com/public_html/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008