Kenya : une élection présidentielle sur fond de grogne sociale

0
271

Le 9 août, environ 22 millions de Kényans sont attendus aux urnes pour élire leur futur président. Mais le scrutin à venir est relégué au second plan par des préoccupations sociales alors que l’inflation dans le pays a atteint 7,9 %. Outre le conflit en Ukraine, la sécheresse dans la corne de l’Afrique a entraîné une pénurie des denrées alimentaires au Kenya.

« Beaucoup de gens sont mécontents de l’état actuel de notre politique. Beaucoup de Kényans sont préoccupés par la situation économique, le coût de la vie et d’autres choses, à leur avis, beaucoup plus importantes qui se déroulent dans leur propre vie au jour le jour, donc je ne pense pas qu’il y ait un seul facteur unique qui conduit à l’apathie des électeurs, mais peut-être une tempête parfaite, vous savez, une combinaison de facteurs qui crée un certain nombre de difficultés que les populations tentent de surmonter. », a déclaré Tom Mboya, consultant en gouvernance.

Le prix de la farine de maïs est passé de 1,5 dollar à 2 dollars, soit une augmentation de plus 30 %, alors que les prix du gaz et du pétrole ne seront bientôt plus à la portée de toutes les bourses.

   »Si vous avez faim, comment pouvez-vous vous rendre au centre de vote ? Si nous n’avons pas les moyens de nous nourrir, beaucoup d’entre nous ne pourrons pas aller voter. Beaucoup de gens vont juste dormir chez eux parce que nous n’aurons pas l’énergie pour marcher ou sortir de nos maisons pour aller nous tenir dans les longues files d’attente des bureaux de vote où les gens se bousculeront, nous n’aurons pas la force pour cela. », Beatrice Atieno 68 ans, mère de deux enfants et grand-mère de 12 enfants

Lutte contre la corruption, allocations aux familles vulnérables, les candidats multiplient des promesses pour convaincre les électeurs. Mais le malaise semble profond. Selon la commission électorale, les inscriptions des électeurs de moins de 35 ans par exemple sont en baisse.

« Le Kényan moyen est très conscient de la politique, très engagé politiquement, et nous atteignons des taux de participation élevés à presque toutes les élections générales. Alors quand vous avez un processus d’inscription des électeurs dans lequel l’IEBC, la commission électorale tombe en dessous de son objectif, c’est nouveau, c’est un peu inquiétant pour être honnête. », a expliqué Tom Mboya, consultant en gouvernance .

Conséquence, le taux de participation fait donc partie des préoccupations majeures du scrutin à venir. Fait inédit dans le pays..

Africanews