L’Afrique se rapproche d’une économie verte

0
227

Le continent africain se rapproche de la réalisation d’un statut 3d’économie verte, plus que d’autres continents, car il est plus proche de la nature, a rapporté mardi le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

Le directeur de la branche économique et commerciale du PNUE, Steven Stone, a déclaré lors d’un point presse à Nairobi que ce continent avait besoin d’investissements massifs dans les industries basées sur les énergies fossiles.

« Même en pleine croissance, l’Afrique ne doit pas perdre ce lien », a déclaré M. Stone en marge de la première Assemblée des Nations unies sur l’environnement (UNEA) à Nairobi.

De nombreux citoyens de pays développés ne savent pas d’où provient leur nourriture, a-t-il ajouté. « Les recherches ont montré que la Le responsable du PNUE a indiqué que les pays à haut revenu étaient confronté à de gros problèmes de santé résultant d’une alimentation malsaine à base d’aliments produits selon des méthodes industrielles.

Toutes les principales causes de décès en Afrique sont liées au manque d’alimentation adéquate, d’eau et de systèmes sanitaires.

M. Stone a souligné que des pays comme l’Afrique du Sud et l’ Ouganda avaient mis en place des polices pour promouvoir l’adoption des économies vertes.

« Il y a aussi un haut niveau d’emploi d’aliments biologiques en Afrique, et la production de ceux-ci a un impact moindre sur l’environnement », a-t-il dit.

L’Afrique a également le potentiel pour prendre la première place au niveau mondial pour ce qui est de développer des technologies innovantes pour l’économie verte, a indiqué le responsable. Le Kenya est déjà au premier rang mondial pour l’utilisation de la technologie de transfert d’argent.

« Tout ce qu’il faut c’est davantage de connaissances pour soutenir l’innovation et accélérer l’adoption des technologies vertes », a-t-il dit.

Le forum de cinq jours de l’ANUE a réuni des centaines de ministres de l’Environnement, de décideurs politiques, et de représentants des milieux scientifiques, économiques et de la société civile, pour faire face ensemble aux défis internationaux croissants.

Cette réunion, la première du genre, aborde des questions majeures comme le trafic de produits animaux et naturels, la qualité et la pollution de l’air, le financement de l’économie verte, les objectifs de développement durable et le programme de développement pour après 2015, y compris le développement durable de la consommation et de la production.

Xinhua

.