La Zone franc s’attend à une accélération de la croissance en fin 2014

0
375

argentLa Zone franc s’attend, selon un communiqué parvenu mardi à l’APS, à une accélération de la croissance économique dans ses pays membres, à la fin de l’année en cours.

Cette perspective s’est dessinée lors d’une réunion des ministres des Finances, des gouverneurs des banques centrales et des présidents des institutions régionales de la Zone franc, vendredi dernier à Paris.

« Les participants ont relevé des perspectives favorables pour l’année 2014, avec une accélération de l’activité économique dans l’ensemble de la Zone franc, qui pourrait atteindre 7,2 % dans l’UEMOA, 5,4 % dans la CEMAC et 3,9 % aux Comores », indique le communiqué reçu du ministère sénégalais de l’Economie, des Finances et du Plan.

Il rappelle qu’en 2013, la croissance était en hausse dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), en se chiffrant à 5,7%. Elle avait connu une décélération dans les pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), avec un taux de 1,4%, contre 5,8% en 2012.

En 2013, aux Comores, la croissance économique s’était établie à 3,5%.

A Paris, les pays membres de cet espace monétaire « ont réitéré leur engagement à accroître leurs efforts pour maintenir la croissance et améliorer la convergence des politiques macro-économiques« .

Ils ont décidé d’avoir « une attention particulière » pour la gestion de leurs finances publiques, selon le texte.
La Zone franc regroupe les Comores, la France, les huit pays de l’UEMOA et les six de la CEMAC.

L’UEMOA comprend le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. La CEMAC est constituée du Cameroun, du Congo, du Gabon, de la Guinée-Equatoriale, de la République centrafricaine et du Tchad.

APS.