ECO – DEVELOPPEMENT : Sondage sur l’impact de l’industrie sur l’environnement Plus de 90% des patrons favorables à une réglementation contraignante au Maroc

0
417

Le Centre marocain de conjoncture (CMC), qui ne lindustrie-sur-lenvironnementprécise pas la taille de l’échantillon interrogé, a mené un sondage d’opinion auprès de dirigeants d’entreprises industrielles, dont 75% reconnaissent que l’activité de leurs secteurs a un impact négatif sur l’environnement. e Centre marocain de conjoncture a réalisé un sondage d’opinion auprès d’opérateurs économiques pour connaître leurs appréciations sur l’impact de leurs activités sur les changements climatiques. Il en ressort que 75% des industriels marocains interrogés affirment que l’activité de leurs secteurs a un impact négatif sur l’environnement.

Le Centre marocain de conjoncture (CMC), qui ne précise pas la taille de l’échantillon interrogé, a mené un sondage d’opinion auprès de dirigeants d’entreprises industrielles, dont 75% reconnaissent que l’activité de leurs secteurs a un impact négatif sur l’environnement. Cette incidence se fait essentiellement par la production des déchets (28,3%), les émissions des gaz à effet de serre (18,9%) et la pollution de l’air (18,9%). Les effets négatifs sont considérés comme modérés sur la biodiversité (3,7%) et la pollution de l’eau (7,6%). Ce sondage du CMC met également en relief une prise de conscience de la part des dirigeants d’entreprises : «Les patrons marocains ont tous déclaré qu’ils ont un objectif en matière d’environnement». Cet objectif passe par une gestion économe des ressources pour 56% d’entre eux, l’amélioration de l’efficacité énergétique (55%), la prévention ou de recyclage des déchets (45%) et la transition vers les énergies renouvelables (26%).

Le réchauffement climatique, le recyclage ou encore la préservation de la faune et de la flore, même s’ils sont considérés comme importants, ne semblent pas constituer une priorité urgente, puisque moins de 40% des sondés les ont considérés comme des enjeux importants. En revanche, «plus de 90% des patrons marocains sont favorables à l’adoption d’une réglementation contraignante dans le domaine de l’environnement», peut-on lire sur le document intitulé : «Environnement et changement climatique : une réalité préoccupante».

À la question de savoir «qui a le plus grand rôle à jouer en matière de protection de l’environnement ?» pour 66% des sondés ce sont «L’État et les pouvoirs publics». Pour 47%, cette tâche incombe aux entreprises et pour 37%, elle relève de la responsabilité des consommateurs. Cependant, les dirigeants d’entreprises industrielles soulignent également leur propre responsabilité. Le sondage fait ressortir que, selon 70% des chefs d’entreprises, la responsabilité sociale des entreprises en matière d’environnement est une conviction et non une contrainte. Elle est aussi une opportunité pour 20% des décideurs industriels.