Côte-D’ivoire : l’Interdiction de fumer dans les lieux publics s’intensifie

0
320

shutterstock_154687589Les maquis, bars, boites de nuit et lieux publics de Yamoussoukro (centre région du Bélier), ont fait l’objet d’un contrôle inopiné d’agents du ministère de la Santé et de la lutte contre le Sida dans la nuit du samedi au dimanche, dans le cadre d’une action de contrôle de la mesure d’interdiction de fumer dans les lieux publics en Côte d’Ivoire, a constaté l’AIP.

Le contrôle des espaces ouverts au grand public s’inscrit dans la phase de répression et de l’application du décret portant interdiction de fumer dans les lieux publics et les transports en commun entré en vigueur depuis le 14 juin 2014.

L’équipe mixte conduite par le médecin-chef chargé d’étude au programme national de lutte contre le tabac (PNLTA) Michel Yéssoh Aka, le directeur régional de la santé et de lutte contre le Sida Dr Gaston Tra et par le capitaine Gnaoré de la préfecture de police de Yamoussoukro, a sillonné de 19 heures à 1heure, du matin le dimanche, les maquis et restaurants, et investi les bars et les boites de nuit.

Au cours des six heures de contrôle nocturne dans les espaces publics de la capitale politique ivoirienne, il a été donné de constater que la majorité des citoyens est informée du décret d’interdiction de fumer dans les lieux publics, toutefois l’on a pu voir qu’aucun panneau de signalisation officielle n’était apposé. Les responsables de ces lieux publics, et ceux qui avaient leurs propres panneaux de signalisation autres que ceux homologués, ont dû s’offrir les affiches officielles d’interdiction de fumer qu’ils ont séance tenante apposé sur ordre des agents de santé.

Des contrevenants à l’interdiction de fumer dans les lieux publics ont été pris lors du contrôle et se sont vus infligés une amende de 15 000 F CFA qu’ils ont été obligés de payer avant d’être libérés. Les propriétaires des lieux ont été également frappés par la loi. Ils ont été convoqués par la police et devront verser la somme de 50 000 F CFA pour non-observation des mesures d’interdiction de fumer.

Au terme du contrôle aux environs de 1heure le dimanche matin, Michel Yessoh et son équipe du PNLTA en provenance de la ville de Gagnoa où une opération similaire s’est déroulée ‘’avec succès’’ a exprimé sa satisfaction de voir également  »les choses aller dans le sens souhaité » à Yamoussoukro, avant d’ajouter toutefois ‘’il y a du travail à faire pour que plus jamais les fumeurs n’intoxiquent leur entourage de sorte que les lieux publics et transport en commun deviennent cent pour-cent non-fumeurs ».

Remerciant les autorités préfectorales et policières pour leur implication, Michel Yessoh a souhaité que l’impulsion et la pression enclenchées dans la lutte contre le tabagisme à Yamoussoukro, soient maintenues pour dissuader les récalcitrants de sorte que le fumeur prenne l’habitude de s’isoler et garantir un environnement saint aux populations dans les lieux publics.

Le directeur régional de la Santé de la Lutte contre le Sida, Gaston Tra, qui a jugé  »très instructive » la mission, a promis continuer la répression pour faire respecter la loi, en vue de protéger la santé des populations.

(AIP)
nam/tm
.