BURUNDI: LE VICE-PRÉSIDENT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DÉNONCE DES « PRESSIONS » ET S’ENFUIT

0
221

Le vice-président de la Cour constitutionnelle du Burundi, appelée à Police BURUNDAISEse prononcer sur la légalité d’un nouveau mandat du chef de l’Etat Pierre Nkurunziza, a fui le Burundi lundi pour ne pas céder aux « pressions » exercées sur la Cour afin qu’elle valide cette candidature.

Mais les partisans du chef de l’Etat estiment que le premier mandat de M. Nkurunziza, élu par le Parlement en 2005 comme premier président de l’après-transition, au titre d’un article transitoire de la Constitution, n’entre pas dans le champ de l’article 96 de la Loi fondatementale qui prévoit l’élection au suffrage direct et stipule que le mandat présidentiel n’est renouvelable qu’une fois.

M. Nimpagaritse a assuré qu’une majorité des sept juges de la Cour estimaient initialement inconstitutionnelle la candidature controversée, mais que ceux-ci avaient subi « d’énormes pressions et même des menaces de mort » pour changer d’avis.

Le Cndd-FDD a, sans surprise, désigné le samedi 25 avril Pierre Nkurunziza candidat à la présidentielle. Dès le lendemain, des manifestations, émaillées de heurts avec la police, ont éclaté dans Bujumbura. Les violences ont fait depuis lors 13 morts, dont dix protestataires.

Le Sénat, contrôlé par le Cndd-FDD, a saisi la Cour constitutionnelle de la question de la légalité d’un nouveau mandat du président sortant.

– ‘Menaces de mort’ –

Le 30 avril, lors d’un premier délibéré, « aucun consensus n’a pas pu se dégager » parmi les sept membres de la Cour et « ceux qui soutenaient le 3e mandat étaient mis en minorité », a raconté Sylvère Nimpagaritse. « Dès le soir du 30 avril, on a commencé à subir d’énormes pressions et même des menaces de mort, mais on a eu le courage de revenir le lendemain pour poursuivre les délibérations », a-t-il poursuivi.

« Deux de ceux qui avaient soutenu que le renouvellement d’un 3e mandat violait l’Accord d’Arusha et la Constitution ont eu peur » et ont changé d’avis, a-t-il continué, d’une voix rendue tremblante par la peur et les yeux embués de larmes.

« Ils m’ont confié que si jamais on ne se ravisait pas, on aurait humilié le président (Nkurunziza), qu’on risquait gros, qu’on risquait nos vies et qu’il fallait donc rejoindre l’autre camp », a-t-il ajouté, soulignant que les juges s’étaient vu expliquer que signer cette décision devait éviter l’embrasement du pays.

L’histoire récente du pays est marquée par les massacres entre Hutu et Tutsi, et les plaies de la guerre civile sont loin d’être refermées.

La décision de la Cour est attendue avant le 9 mai, date à laquelle la commission électorale doit publier la liste des candidats admis à se présenter à la présidentielle.

Mais les opposants au 3e mandat ont d’ores et déjà refusé de voir la Cour constitutionnelle jouer les arbitres. Elle est « composée d’enfants chéris de Pierre Nkurunziza qui n’ont rien à lui refuser », a estimé Pierre-Claver Mbonimpa, un défenseur réputé des droits de l’Homme.

                                                                                                 AFP