Burkina : la mémoire de Thomas Sankara honorée à travers l’institution d’un prix en son nom

0
213

Un prix spécial en la mémoire du père de la révolution burkinabè sankaraThomas Sankara, mort dans un putsch qui portât Blaise Compaoré en 1987, est en compétition à la 24è édition du Festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) prévue du 28 février au 7 mars 2015, dans la capitale burkinabè, a-t-on appris, mercredi, de sources proches des organisateurs.

Doté d’une somme de 3.000.000 de F CFA, le prix Thomas Sankara a été créé en novembre 2014 par le cinéaste Balufu Bakupa-Kanyinda, pour récompenser l’un des films courts métrages de la sélection officielle du Fespaco 2015.

La Guilde Africaine des Réalisateurs et Producteurs, une association sans but lucratif créée en 1998 et ayant son siège à Paris, France, est le donateur du Prix Thomas Sankara.

C’est la première fois que le Prix porte le nom de celui-là qui a incarné et dirigé la révolution burkinabé du 4 août 1983 jusqu’à son assassinat lors d’un coup d’État qui amène au pouvoir Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987.

Il est aussi celui qui a fait changer le nom de la Haute-Volta, nom issu de la colonisation, en un nom issu de la tradition africaine : Burkina Faso qui veut dire « pays des hommes intègres ».

La famille Sankara demande, depuis 1997, l’exhumation du corps de ce héros national, icône du panafricanisme qualifiée de « Che africain », pour vérifier que le corps enterré est bien le sien, ce que la justice burkinabè de l’ex-régime n’avait pas accepté.

Les organisateurs du Festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) ont annoncé la revalorisation du grand prix, l’Etalon d’or de Yennega (plus grande distinction), qui va passer de 10 à 20 millions de F CFA.

Placée sous le thème « Cinéma africain : production et diffusion à l’ère du numérique », cette édition de la biennale du cinéma africain ne connaîtra pas une rue marchande à cause de la maladie à virus d’Ebola qui sévit dans la sous-région, indiquent les organisateurs.

Des rumeurs font état du retrait du film « Tumbuktu » du réalisateur mauritanien, Abderhamane Cissako qui a remporté plusieurs Oscars dans les festivals en Europe et aux Etats-Unis de la compétition officielle à cause de la menace islamiste.

                                                                   (xinhua)