RDC: Jean-Pierre Bemba et Vital Kamerhe entrent au gouvernement

0
135

En RDC, Félix Tshisekedi opère un remaniement ministériel et fait entrer deux poids lourds dans son gouvernement, à neuf mois de la présidentielle.

Ce remaniement en République démocratique du Congo intervient trois mois après le départ des proches de Moïse Katumbi, qui s’est déclaré candidat à la présidentielle de décembre.

Si le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde garde la tête du gouvernement, deux figures emblématiques viennent de faire leur entrée dans le nouveau cabinet.

Jean-Pierre Bemba a été nommé vice-premier ministre en charge de la Défense. Il fût l’un des quatre vice-présidents du pays avant d’être condamné par la Cour pénale internationale à 18 ans de prison pour des crimes commis en République centrafricaine lorsqu’il était un chef rebelle.

Jean-Pierre Bemba a toutefois fini par être acquitté en appel, en 2018, après avoir passé dix ans en prison.

Expérience

Le portefeuille de la Défense est d’autant plus important que la RDC traverse une crise ouverte avec le Rwanda qu’elle accuse de soutenir les rebelles du M23 dans la province du Nord-Kivu.

Lazare Kanyinda, homme d’affaires à Kinshasa, se félicite de ce choix. Pour lui, « Jean-Pierre Bemba c’est un ancien rebelle et connaît bien ces gens. Il doit être sur terrain pour pouvoir encadrer les militaires, faire de plus près le suivi et arriver à vaincre ces rebelles. »

Etienne Badibanga, coordonnateur d’une organisation locale de développement, partage cet optimisme et estime qu’avec « l’expérience qu’il a de ce pays, son arrivée à la tête de la Défense tombe à pic. »

Le cas Kamerhe

L’autre figure emblématique du nouveau gouvernement est Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, condamné en 2020 à 20 ans de prison pour détournement des deniers publics avant d’être acquitté en appel en 2022. Il est nommé vice-premier ministre à l’Economie nationale.

Cette décision ne fait pas l’unanimité, à l’image de Jacques Dikonda, pharmacien à Kinshasa, qui doute l’honnêteté de Vital Kamerhe.

« Nous avons encore en mémoire l’affaire des 100 jours du chef de l’Etat. On s’attendait à ce que monsieur Kamerhe retourne les 57 millions », note-t-il.

Claude Batasema, analyste politique congolais, juge en revanche ce remaniement judicieux. Selon lui, « le président Félix Tshisekedi se bat pour changer les choses. L’expérience de Vital Kamerhe et la notoriété font qu’il reste un homme capable de faire changer les choses. »

L’équipe gouvernementale est composée de 57 membres dont cinq vice-premier ministres, onze ministres d’Etat, 29 ministres et douze vice-ministres.

dw.com