RDC : 2 travailleurs humanitaires tués dans le Nord-Kivu

0
37

Deux membres du personnel du groupe d’aide étrangère Tearfund ont été tués lors de l’attaque de leur convoi dans l’est de la République démocratique du Congo, a déclaré l’organisation, la dernière d’une série d’attaques visant les groupes d’aide et les résidents de la région.

Les travailleurs humanitaires ont été tués dimanche après l’arrivée de leur convoi dans la ville de Butembo, dans la province du Nord-Kivu, où des rebelles armés combattent les forces de sécurité congolaises, a déclaré l’organisation dans un communiqué lundi en fin de journée.

Il n’a pas été possible de déterminer immédiatement quel groupe était à l’origine de l’attaque. Plus de 120 groupes armés de l’est de la RDC ont mené des attaques, souvent à l’aide de bombes visant les habitants, afin de s’approprier une partie de l’or et des autres ressources de la région.

Plus de 170 incidents de ce type ont visé des travailleurs humanitaires, causant au moins quatre morts et l’enlèvement de plus d’une douzaine de personnes, a déclaré mardi le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires au Congo dans un communiqué appelant à la protection des travailleurs humanitaires.

« Alors que les besoins humanitaires sont immenses, il est inacceptable que ceux qui travaillent pour aider les populations touchées soient attaqués et tués », a déclaré Bruno Lemarquis, coordinateur humanitaire pour le Congo.

La violence dans la province s’est aggravée au cours des derniers mois alors que les forces de sécurité luttent contre les rebelles. La semaine dernière, deux personnes ont été tuées dans la région lorsque des tirs de mortier ont visé une base de l’armée sud-africaine, qui fait partie d’une mission régionale de maintien de la paix. Les rebelles se sont également emparés d’un plus grand nombre de villages au cours des dernières semaines.

Le groupe rebelle M23, qui aurait des liens avec le Rwanda voisin, a été le plus actif dans la région, s’emparant de villes stratégiques et contrôlant près de la moitié de la province du Nord-Kivu, selon Richard Moncrieff, directeur du Crisis Group pour la région des Grands Lacs.

Africanews