RDC, Affaire Vital Kamerhe : Félix Tshisekedi, traître en puissance ?

0
36

Vital Kamerhe serait victime d’un complot. Des propos tenus par le Secrétaire général de l’UDPS, parti du Président Félix Tshisekedi conduisent inexorablement à cette conclusion qui était celle des militants de l’UNC, parti de Vital Kamerhe depuis l’éclatement de l’affaire.

Condamné à 20 ans d’emprisonnement ferme dans l’affaire dite « travaux des 100 jours », Vital Kamerhe, principal allié et directeur de Cabinet du Président Félix Tshisekedi, s’est vu refuser toutes les tentatives de mise en liberté provisoire. Depuis avril 2020, il est détenu à la prison centrale de Makala, et son procès en appel tarde à démarrer.

Entre-temps, de nouveaux éléments apparus dans le dossier, en octobre dernier, viennent démontrer la nullité de la procédure enclenchée contre l’allié numéro 1 et dauphin de Félix Tshisekedi en 2023, aux termes de l’Accord de Naïrobi. En fait, il est revenu que les maisons préfabriquées dont Vital Kamerhe et ses deux co-accusés auraient détourné les fonds d’achat avaient bel et bien été achetées, et étaient jusque-là bloquées en Zambie et en Angola pour non-paiement par la RDC des taxes douanières. Ces nouvelles informations ont été confirmées par le Premier ministre congolais, Sylvestre Ilunga en personne : « Le gouvernement congolais se trouve aujourd’hui dans une position délicate, dans la mesure où la commande a été exécutée, même si les droits de douane restent toujours en souffrance », avait-il déclaré sur les antennes de la RTNC, le 29 octobre dernier.

Le dossier d’accusation est donc vidé de sa substance. Que fait alors Vital Kamerhe en prison, au point où sa santé se dégrade considérablement, mettant sa vie en danger ?
Au cours d’une sortie médiatique effectuée le samedi 28 novembre 2020, Augustin Kabuya, Secrétaire général du parti présidentiel, l’UDPS, a fait une déclaration largement relayée par la presse locale : « Si le Directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe, est en prison, c’est parce que le FCC l’a voulu ». Puis il ajoute : « Vital Kamerhe n’est pas en prison parce qu’il a volé, je connais tout le plan et je pèse mes mots ».

Félix Tshisekedi : une simple marionnette de Joseph Kabila ou un traître?

Ces propos du Secrétaire général du parti présidentiel sont trop graves pour ne pas être pris au sérieux. Ils appellent deux conclusions. D’abord, si effectivement, Vital Kamerhe est en prison par la seule volonté du FCC, sans que le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, dont il est le principal allié, ne puisse rien faire pour le faire sortir, même pas en usant de la grâce présidentielle, surtout lorsqu’on tient compte des derniers éléments qui sont venus vider le dossier, alors le Président congolais aurait ainsi prouvé à la face du monde qu’il ne gouverne rien, qu’il n’est qu’un jouet entre les mains de son prédécesseur qui le manipule à sa guise.

Par contre, si les accusations portées par Augustin Kabuya contre le FCC sont fausses comme l’a fait observer ce lundi Serge Kadima, président de la Ligue des jeunes du PPRD (parti de Joseph Kabila) qui déclarait : « Dans un pays qui se veut de droit , le discours tendant à désigner le FCC comme le bourreau de Vital Kamerhe frise l’ironie de la justice même », alors le Président Félix Tshisekedi passerait pour un traître qui aurait voulu écarter son allié à qui il était censé passer le témoin à la Présidentielle de 2023, conformément à l’Accord de Naïrobi.
Dans un cas comme dans l’autre, les propos d’Augustin Kabuya qu’on peut considérer comme une bourde politique auront le mérite de fixer les uns et les autres sur une chose : le procès de Vital Kamerhe est bel bien politique. Le Secrétaire général de l’UDPS vient confirmer ce que les militants de l’UNC affirmaient véhémentement, depuis le début de la procédure contre leur leader

Serge Ouitona