Niger : Tournons la page répond à Mohamed Bazoum

0
128

Maïkoul Zodi, coordinateur de Tournons la page Niger réagit à l’interview accordée à la DW par Mohamed Bazoum, qui avait dénoncé ce qu’il appelle une « collusion » entre les acteurs de la société civile et l’opposition.

Au Niger, la campagne électorale en vue du second tour de la présidentielle du 21 février s’achève ce vendredi à minuit. Les Nigériens sont appelés aux urnes dimanche pour élire leur nouveau président. Ils auront le choix entre l’ancien président Mahamane Ousmane, et l’ancien ministre des Affaires étrangères et de l’intérieur Mohamed Bazoum.

Lors du premier tour, Mohamed Bazoum, ancien ministre de l’Intérieur, ancien chef de la diplomatie et candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme au pouvoir (PNDS-Taraya), est arrivé largement en tête avec 39,33% des suffrages avec 22 points d’avance sur son adversaire, l’ex-président Mahamane Ousmane, qui lui a été crédité de 16,99%. Le candidat du parti du pouvoir passe donc pour le grand favori du scrutin.

Reduction de la démocratie

Selon la campagne de la société civile Tournons la page, depuis 2017, les arrestations d’acteurs de la société civile et de journalistes ainsi que la fréquente interdiction des manifestations ont fissuré l’Etat de droit. Des accusations qu’a réfuté sur la DW Mohamed Bazoum. Le candidat du PNDS-Taraya a de son côté dénoncé ce qu’il appelle la  « collusion » entre les acteurs de la société civile et l’opposition, en visant notamment la campagne internationale Tournons la Page. Des déclarations qui ont suscité une réaction très franche de Maïkoul Zodi, coordinateur de Tournons la page Niger.

Eric Topona