La Cima désapprouve le refus des assureurs camerounais d’indemniser les sinistres liés au coronavirus

0
37

Quelques semaines après que l’Association des compagnies d’assurances du Cameroun (Asac) a décidé que la prise en charge des cas de coronavirus « relève de la prérogative exclusive de l’État » et non des assureurs, la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (Cima) vient d’écrire aux directeurs généraux des sociétés d’assurance et de réassurance pour les inviter plutôt à « faire preuve de flexibilité ».

Dans cette lettre datée du 18 mai 2020, le secrétaire général de la Cima, Issofa Nchare, rappelle que « les sinistres consécutifs à la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) ne devront faire l’objet d’aucune exclusion non prévue dans les contrats ». La Cima recommande un « traitement équitable et une protection des assurés » afin de « préserver les intérêts des assurés et bénéficiaires de contrats ».

Pour ce faire, la Cima demande de « mettre en place un dispositif opérationnel permettant le paiement diligent des sinistres, notamment à travers une dématérialisation des déclarations et des paiements ». Il est par ailleurs indiqué aux assureurs de « tenir un registre spécial des sinistres liés au coronavirus » et d’« assurer une communication claire et juste aux assurés et au public ».

La Cima recommande en outre aux sociétés d’assurances de « maintenir une solvabilité et un niveau de trésorerie conformes à la réglementation » et « de différer la distribution de dividendes aux actionnaires ».

Pour l’instant, on ignore quelle suite sera donnée par l’Asac aux recommandations du gendarme du secteur de l’assurance en Afrique francophone.

Sylvain Andzongo