Guinée : le scrutin présidentiel s’est déroulé sans incident majeur

0
74

Le premier tour de l’élection présidentielle en Guinée a été couvert par un nombre important d’observateurs électoraux, plusieurs institutions et organisations non gouvernementales qui, pour l’essentiel, n’ont pas noté d’incidents majeurs de nature à entacher la crédibilité du scrutin du 18 octobre.

Les opérations de vote pour l’élection présidentielle du 18 octobre en Guinée se sont déroulées « sans incident majeur, surtout de nature à entacher la crédibilité du scrutin », selon le constat fait par les scrutateurs de l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI).

Avec ses partenaires, ABLOGUI affirme avoir déployé environ 200 e-observateurs outillés d’un système électronique de remontée des données sur toute l’étude du territoire national afin de suivre le déroulement du scrutin grâce à l’appui financier de l’Open Society Initiative for West Africa (OSIWA).

Certains soucis techniques ont toutefois été relevés par ces e-observateurs. Il s’agit notamment de l’ouverture tardive de certains bureaux de vote, l’insuffisance à certains endroits du personnel des bureaux de vote ainsi que du matériel. Mais également de l’insuffisance des représentants des différents candidats sur l’ensemble des bureaux de vote.

Cette série d’incidents techniques a également été constatée par la Coalition citoyenne pour les élections et la gouvernance (CoCEG), une plateforme de la société civile qui regroupe 8 organisations de la société civile, financée par l’USAID, avec l’appui technique du National Democratic Institute (NDI). Le CoCEG affirme avoir déployé 750 observateurs sur le terrain.

Le scrutin présidentiel en Guinée a été, en effet, couvert par un nombre important d’observateurs déployés par plusieurs institutions et organisations non gouvernementales, dont une centaine de la CEDEAO.

Environ 5,3 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes, le dimanche 18 octobre, afin d’élire un des douze candidats à la présidentielle en Guinée. Une compétition électorale, pour laquelle deux candidats partent favoris, à savoir le président sortant, Alpha Condé (photo), qui brigue un troisième mandat, et le principal opposant, Cellou Dalein Diallo.

Le dépouillement des votes devrait prendre plusieurs jours, et un éventuel second tour est programmé pour la fin du mois de novembre.

Borgia Kobri