Guinée Equatoriale Constancia Mangue de Obiang : UN ENGAGEMENT POUR LE BIEN-ETRE

0
99

Ainsi s’intitule le nouveau livre du journaliste-écrivain Gabriel Leumaleu. Publié aux Editions Baromètre, cet ouvrage de 237 pages passe en revue, l’ensemble des combats et actions humanitaires que mène la Première Dame de la Guinée Equatoriale, en faveur des couches sociales démunies, vulnérables, défavorisées, nécessiteuses, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

La singularité des actions humanitaires de la Première Dame de Guinée Equatoriale, Constancia Mangue de Obiang, est que celles-ci parviennent réellement aux personnes concernées, sans distinction de sexe, ethnie, parti politique et religion. Sa constante bataille porte en priorité sur la marginalisation des couches sociales défavorisées, l’exclusion et l’injustice sociales, ainsi que la permanente assistance aux populations vulnérables.

En clair, la formation, le renforcement du capital humain, l’assistance et l’accès aux soins de santé, l’amélioration de la qualité de vie des Equato-guinéens, constituent les principaux piliers de sa politique humanitaire. A travers ce livre, le lecteur prend connaissance de l’ensemble des actions humanitaires, menées par la Première Dame de Guinée Equatoriale, Constancia Mangue de Obiang, en collaboration avec le Gouvernement.

L’ouvrage passe en revue et de manière détaillée, l’appui humanitaire aussi bien à l’intérieur de la Guinée Equatoriale qu’à l’extérieur. La ligne directrice de sa politique sociale d’assistance s’inspire d’une partie du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) ou Plan 2020, élaboré par le Gouvernement en novembre 2007 dans la ville de Bata.

Il s’agit globalement d’améliorer l’enseignement et la formation de base, en augmentant la couverture scolaire à tous les niveaux; améliorer la qualité de l’éducation à tous les niveaux; éliminer las disparités de genre pour un accès à l’éducation et la formation; adapter la formation technique, professionnelle et universitaire aux nécessités du marché de l’emploi; développer une culture de l’emploi basée sur les compétences en vue de répondre aux nécessités du marché de l’emploi dans les zones rurales et urbaines; développer l’emploi social et faciliter l’insertion des jeunes; renforcer les capacités des ressources humaines nationales dans les secteurs distincts; promouvoir la femme; favoriser l’égalité de genre;

renforcer le cadre institutionnel pour la promotion et protection des droits de la femme; promouvoir l’autonomie économique de la femme; promouvoir l’accès gratuit de la femme et l’enfant aux services sociaux de base de qualité, comme l’éducation, la santé, la nutrition et l’assainissement; renforcer les mécanismes institutionnels officiels et ceux des organisations de la société civile pour l’exigibilité des droits de la femme; améliorer la santé; renforcer l’organisation, les mécanismes de coordination et gestion du système sanitaire national;

améliorer l’offre, l’accès et la qualité des services de santé pour toute la population; améliorer la santé de la mère et l’enfant; améliorer la santé des enfants, jeunes, adolescents et hommes; renforcer la lutte contre la malaria, le VIH-Sida et la tuberculose; renforcer le contrôle des maladies endémiques et autres problèmes de santé; garantir l’accès à l’eau potable et l’assainissement à toute la population; concevoir et appliquer un plan directeur de développement du secteur eau et assainissement basiques et des plans multisectoriels qui garantissent l’accès, l’usage de l’eau potable et l’assainissement à toute la population; garantir une alimentation suffisante et équilibrée pour les populations; garantir un logement aux populations; développer un système de protection social qui constitue l’instrument principal de l’Etat pour promouvoir l’égalité d’opportunités et favoriser la redistribution des ressources vers les plus nécessiteux; étendre les services et la couverture de la protection sociale aux populations les plus vulnérables; créer et fortifier les institutions impliquées dans le système de protection social.

Jean Paul ONANA