Guinée : Alpha Condé déclaré « apte », Cellou Dalein Diallo exclu…

0
124

La Cour constitutionnelle de Guinée a validé la candidature du Président Alpha Condé, pour un troisième mandat présidentiel au scrutin d’octobre prochain. Quant à l’opposant Cellou Dalein Diallo, pour avoir déposé sa candidature, il a subi des représailles.

La Cour constitutionnelle guinéenne a validé la candidature du Président Alpha Condé, pour un troisième mandat présidentiel au scrutin d’octobre prochain. L’Institution a également approuvé 11 autres candidatures, dont celle du principal opposant Cellou Dalein Diallo. Ce qui a d’ailleurs valu à ce dernier des représailles.

Le leader de l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée) a en effet été exclu du Front National de Défense de la Constitution. Selon le coordinateur de ce mouvement qui regroupe plusieurs organisations opposées au troisième mandat d’Alpha Condé, « Cellou Dalein Diallo s’est écarté de fait en déclinant son intention de prendre part à la présidentielle du 18 octobre ».

« Si demain, on a une manifestation au cours de laquelle ces Guinéens membres de ces partis politiques prennent part, bien entendu, c’est leur droit de se battre pour leur pays et nous ne leur enlèverons pas ce droit. C’est juste que les responsables de ces partis ne peuvent plus siéger dans les instances du FNDC », a clairement signifié Aliou Bah, président du Model, parti d’opposition, membre de l’UNDC qui a choisi le boycott, et dont Cellou Dalein Diallo est désormais exclu.

A signaler que la candidature d’Alpha Condé pour un troisième mandat présidentiel a fait l’objet de protestations pendant des mois, notamment lorsqu’il a retaillé sur mesure la Constitution guinéenne, à travers un référendum organisé en mars, en plein pandémie mondiale de Coronavirus. Action qui lui a d’ailleurs permis de se présenter pour un troisième mandat.

Il apparait toutefois que l’appel lancé par le Président du Nigeria, Muhammadu Buhari, en marge du Sommet de la CEDEAO à Niamey, demandant aux dirigeants d’Afrique de l’Ouest de respecter la limite constitutionnelle des mandats, « source de crise et de tension politique dans la région », est visiblement sans effet sur Alpha Condé qui poursuit inexorablement sa marche vers un troisième mandat. Quel qu’en soit le prix. Car les manifestations contre sa volonté auraient déjà fait plus de 30 morts en Guinée.

Aziz Malick Diallo