Gabon: Chantage à l’enregistrement téléphonique, Mike Jocktane traduit Lanlaire en justice

0
93

Ange Landry Mbeng dit Lanlaire vient d’être traduit en justice en France par Mike Jocktane. Dans un communiqué, publié sur Facebook le 28 mai, l’Évêque fondateur de l’église «Christ révélé aux nations» accuse l’activiste et ses complices d’avoir tenté de lui extorquer de l’argent en échange d’enregistrements d’une conversation télé

Mike Jocktane vient de traduire en justice, à Paris, Ange Landry Mbeng dit Lanlaire et d’autres personnes pour association de malfaiteurs, chantage et tentative d’escroquerie. Dans un communiqué publié le 28 mai sur Facebook, Mike Jocktane révèle que la tentative d’escroquerie orchestrée contre lui par Lanlaire et ses complices, en vue de lui «extorquer de l’argent en échange de prétendus enregistrements de communications entre deux tierces personnes».

Le leader du mouvement politique « Gabon Nouveau » explique que «l’une des personnes enregistrées se dit proche de moi et l’on semble mettre dans sa bouche les pires rumeurs à l’endroit de différents responsables politiques ou personnalités gabonaises. (…) La justice pourra faire toute la lumière sur ces agissements délictuels et le contenu des rumeurs. C’est pour cela que je l’ai saisie». S’il indexe particulièrement Lanlaire dans sa plainte, Mike Jocktane relève tout de même que l’activiste gabonais au cheveux longs résidant en France n’est qu’un instrument manipulé par des mains invisibles pour le freiner dans son élan politique comme en 2016/2017.

«On tente encore aujourd’hui, par ces basses manœuvres, de me faire taire, de m’empêcher de poursuivre mon engagement politique auprès des Gabonais. C’est bien mal me connaitre, car aucune pression, aucun mensonge, aucune tentative de salir ma personne ne pourra m’empêcher d’accomplir ma mission pour le Gabon»,  prévient l’Évêque et homme politique.

Pour le leader de Christ révélé aux nations (CRN), Lanlaire n’est pas à son premier coup d’essai. «En 2016/2017, alors que j’étais une figure importante de l’opposition au Gabon, ce dernier avait tenté de m’extorquer de l’argent. Si à l’époque j’ai refusé de céder à son chantage, il a en réponse, publié une série des vidéos dans l’intention de me nuire. Chaque gabonais à d’ailleurs pu le voir», a regretté Mike Jocktane. S’il espère voir la justice française débusquer les «mains invisibles dont Lanlaire est l’instrument», il ne met également en garde «quiconque, média ou individu, qui ferait utilisation du contenu de ces enregistrements ou se ferait l’écho de quelque manière que ce soit de ces enregistrements sera poursuivi pour diffamation et recel devant les tribunaux du Gabon mais également à travers le monde».

Mike Jocktane précise qu’il «n’acceptera pas que l’on mette en doute sa probité et son honnêteté».