En RDC, l’union sacrée va-t-elle tenir ?

0
88

Le président Felix Tshisekedi poursuit sa marche vers un contrôle des institutions du pays. Après être parvenu à écarter le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, tout comme l’ex-président de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda, c’est désormais un homme acquis à la cause du chef de l’Etat qui occupe le perchoir de la chambre basse du Parlement. Le pari est-il gagné pour autant ?

Christophe Mboso N’Kodia Pwanga, un des nombreux transfuges du Front commun pour le Congo (FCC) a été élu président de l’Assemblée nationale. Sur 466 votants, le candidat unique a recueilli 389 voix ; 69 bulletins nuls et 8 abstentions.

Jusqu’à début décembre 2020, le FCC revendiquait une majorité de plus de 300 députés sur les 500 depuis les élections législatives du 30 décembre 2018.

Puis une majorité de députés fidèles à Joseph Kabila s’est prononcée en faveur de la destitution de l’ancienne présidente de l’Assemblée, Jeanine Mabunda (fidèle de l’ancien président) et de l’ensemble des membres de son bureau.

« Dérives dictatoriales »

Les sénateurs du camp de l’ancien président Joseph Kabila ont dénoncé ce jeudi (04.02.2021) des « dérives dictatoriales » dans leur pays et ont appelé le président Félix Tshisekedi à y mettre fin.

À l’origine de cette sortie, l’installation le même jour d’un bureau provisoire, présidé par le doyen d’âge entouré des deux benjamins de la chambre haute du Parlement avec pour mission de faire examiner la motion de censure contre Alexis Thambwe Mwamba, le président de la chambre haute du Parlement.

Demission

Alexis Thambwe Mwamba, le président du sénat, a démissionné de ses fonctions ce vendredi.

« Considérant d’une part que la confiance n’existe plus et d’autre part, l’installation d’un Bureau d’âge désormais opérationnel, je vous remets ma démission » a en substance écrit Alexis Thambwe Mwamba à ses collègues sénateurs.

L’ancien ministre de la justice était visé par une pétition de déchéance. Avant de démissionner, Alexis Thambwe Mwamba a envoyé aux sénateurs des éléments de défense par rapport aux accusations portées contre lui.

Il est visé par la justice mais également par l’Inspection Générale des Finances (IGF) qui s’intéresse à la gestion des finances du Sénat.

En attendant la suite de ce feuilleton, une question est sur toutes les lèvres : quel est l’avenir de l’Union sacrée voulu par le président congolais ?

Le débat sous l’Arbre à Palabres est consacré cette semaine à cette problématique avec :

Me Ferdinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de Joseph Kabila.

Dieudonné Wamu Oyatambwe, politologue et écrivain.

Jacquemin Shabani Lukoo, président de la Commission électorale de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti au pouvoir.