Djibouti : Ismaïl Omar Guelleh obtient un cinquième mandat avec plus de 98% des voix

0
81

e chef d’Etat de 73 ans au pouvoir depuis 22 ans remettait en jeu vendredi dernier, son fauteuil présidentiel face à l’homme d’affaire Zakaria Ismail Farah, quasi inconnu sur la scène politique nationale.

A Djibouti le président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) vient d’être réélu pour un nouveau mandat. Selon les premiers chiffres annoncés, le chef de l’Etat a remporté 98,58% des suffrages exprimés lors de l’élection du vendredi 09 avril 2021.

« Le président IsmaÏl Omar Guelleh obtient 167 535 voix, soit 98,58 % (…) Tels sont les résultats provisoires du scrutin présidentiel de ce 9 avril 2021 », a annoncé sur la télévision publique RTD Moumin Ahmed Cheick, le ministre de l’Intérieur.

Ce résultat n’est pas une surprise pour la plupart des observateurs puisque IOG était donné largement favori pour ce scrutin boycotté par les principaux partis d’opposition. Le président sortant était opposé dans les urnes à Zakaria Ismail Farah un homme d’affaires, nouveau venu en politique, dont les chances de l’emporter semblaient minces.

Agé de 73 ans, Ismaïl Omar Guelleh qui dirige Djibouti depuis 1999, rempilera donc pour un cinquième mandat à la tête de ce petit pays stratégique d’Afrique de l’est. Même si l’économie nationale a fortement prospéré sous ses années de présidence, le chef de l’Etat est critiqué pour ses méthodes de gouvernance jugées autoritaires et pour la faible redistribution des fruits de la croissance au sein de la population.

Cependant, il est considéré comme un allié de choix pour plusieurs puissances mondiales, en raison de la position géostratégique de Djibouti qui sert leurs ambitions dans l’océan Indien et la mer Rouge. Le pays accueille d’ailleurs des bases militaires et navales de la France, des Etats-Unis, du Japon et de la Chine. Il sert est également de base opérationnelle pour la coalition internationale anti-piraterie qui intervient dans la région.

Notons que, sauf modification, ce nouveau mandat devrait être le dernier d’IOG. La constitution impose en effet une limite d’âge de 75 pour les candidats à la présidentielle, limite que dépassera le président lors de la prochaine présidentielle en 2026.

Moutiou Adjibi Nourou