Cameroun – Honneur et Fidélité du 07 novembre 2020 : ARMEE CAMEROUNAISE : UN OUTIL ESSENTIEL DE DEVELOPPEMENT

0
121

Tous pour un, un pour tous ! Il y a belle lurette que les personnels de nos Forces de Défense ont fait de cet appel à la solidarité, un chromosome dominant de leur code génétique. C’est au quotidien que nos gendarmes, fantassins, aviateurs, marins et sapeurs-pompiers s’activent avec dévouement, conviction et passion au service de nos populations, dans l’accomplissement d’une œuvre grandiose devenue non plus une mission, mais un idéal personnel.

Ceci aux antipodes du patriotisme oratoire et de l’activisme conversationnel, qui ne consistent qu’en l’énonciation de théories aussi fumeuses qu’elles sont irréalistes, et loin des déclarations d’intentions somme toute velléitaires. L’armée camerounaise est présente et agissante sur le terrain. La sécurité de proximité, la défense opérationnelle, la protection du tissu économique par la lutte contre les fraudes et les trafics illicites, la préservation des biotopes sylvestre et marin, la construction d’infrastructures d’intérêt général sont quelques-unes des réalisations de notre armée en matière d’appui au développement.

Contrairement à un humanitaire essentiellement acoustique et surtout audiovisuel, et repoussant les limites de l’ingéniosité sans lésiner devant aucune contrainte ni privation, les militaires camerounais parviennent à tirer le maximum de leurs modiques ressources, pour être en mesure de venir en aide à ceux de leurs compatriotes de tous les âges dans le besoin. La distribution des denrées alimentaires et des médicaments, la remise de fournitures scolaires aux élèves des contrées éloignées, sont autant de manifestations d’altruisme et de générosité inscrites dans aucune ligne budgétaire, mais qui démontrent que pour nos soldats, le principe selon lequel ‘’quand il y a pour un, il y a pour deux’’, n’est pas un vain mot.

Et parce qu’elle tire et renouvelle ses énergies de la Nation, l’Armée du Cameroun partage avec elle les vicissitudes du quotidien, communiant dans les moments de ferveur, portant sa part du fardeau, lorsque viennent à s’abattre les décrets de la nature, ou les fulminations de l’ennemi. Le deuil national observé le samedi 31 octobre dernier en hommage à nos écoliers assassinés sept jours plus tôt à Kumba, et la mise en berne du drapeau de la République dans les casernes, atteste de la consubstantialité entre ces deux entités dont la distinction demeure purement fonctionnelle.

Aussi, quand l’on pointe un doigt forcené sur l’armée camerounaise et ses personnels, quand on sanctifie les terroristes, quand on daigne s’apitoyer sur le sort des populations sans incriminer les auteurs de leurs détresses, l’on s’inscrit en réalité dans une campagne compassionnelle, seulement destinée à susciter le désarroi au sein d’une opinion dûment conditionnée par des expertises mensongères.

Pour forcer la désaffection des populations vis-à-vis des pouvoirs publics, recours est fait à l’escroquerie des bons sentiments, quand ce n’est pas l’instauration d’un effroyable diktat. La poursuite d’obscurs intérêts qui ne nous sont nullement profitables, requiert la mobilisation de tous les moyens possibles et imaginables, y compris la mise à contribution des canaux politiques, diplomatiques et médiatiques. De fait, l’on ne s’interdit plus aucune malveillance, aucune barbarie, pourvu qu’on nuise au Cameroun.

Le Cameroun, ce pays beau et riche des grâces de la Nature. Le Cameroun, ce pays que nous nous devons de rendre fort et fier, par l’énergie de nos bras, la solidarité de nos sentiments, et la bonté de nos cœurs. Le Cameroun en somme, ce triangle béni dans lequel la Nation et son Armée, d’un commun accord, et dans un mutuel effort, besognent tous les jours au développement et à l’épanouissement de tous. /-

Capitaine de Fregate Cyrille Serge Atonfack Guemo,

Chef de Division de la Communication / MINDEF