Cameroun : à Limbé, en zone anglophone, sera érigé un port en eaux profondes de plus de 400 milliards FCFA

0
18

Le 5 mai 2020, le chef d’État camerounais, Paul Biya, signait plusieurs textes organisant les activités du port autonome de Limbe (PAL), dans la zone anglophone du pays. Les études de faisabilité, menées il y a plus de dix ans, ont estimé la construction de ce port, qui sera en eaux profondes, à environ 400 milliards FCFA ($662 millions), a révélé le ministre camerounais des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe.

« Ces études qui sont en cours d’actualisation depuis le mois d’octobre 2019, pourraient nous donner le coût réel de cet important investissement portuaire », a-t-il déclaré dans une interview accordée, le 13 mai, au journal gouvernemental Cameroun Tribune.

Le futur port en eaux profondes sera situé dans la bourgade de Ngueme dans la continuité des aménagements portuaires et industriels de la Sonara, et de ceux du Chantier naval et industriel du Cameroun (CNIC), complétant ainsi le socle du Complexe industrialo-portuaire de Limbe.

 Selon le ministre, le futur port aura en moyenne 14 mètres de tirant d’eau, capable de traiter des navires de plus de 40 000 tonnes. « L’actualisation des études de faisabilité va définir le mode de financement de ce port, qui sera soit construit par l’État avec les partenaires au développement avec mise en concession, soit en partenariat public-privé à travers le mode BOT [Built-Operate and Transfer]. »

Spécialisé dans le transport des produits lourds tels que : les hydrocarbures, le ciment, les conteneurs et les produits agricoles, etc., ce port marquera « un tournant décisif » dans le développement de la région du Sud-Ouest et l’intensification des échanges commerciaux avec le Nigeria.

Ngalle Bibehe y voit également un vecteur de paix sociale car Limbé « qui connaît un développement planifié, fera un saut qualitatif et quantitatif pour son émergence tel que souhaité par les représentants des régions anglophones lors du Grand dialogue national tenu à Yaoundé en septembre dernier. »

Romuald Ngueyap