Burkina Faso: Roch Marc Christian Kaboré face aux nouveaux défis

0
85

Roch Marc Christian Kaboré a prêté serment ce 28 novembre à Ouagadougou. 1.200 invités, dans une salle qui pourrait en accueillir 5000, ont assisté à la prestation de serment au Palais des sports de Ouaga 2000.

Coronavirus oblige, c’est une cérémonie d’investiture qui s’est tenue dans le respect des mesures barrières. La cérémonie a donc été sobre.

Roch Marc Christian Kaboré a d’abord prêté serment devant le président du Conseil Constitutionnel. Il a ensuite prononcé un discours qui résume son programme de société pour les cinq années à venir.

« Je resterai attentif aux préoccupations de l’ensemble de mes compatriotes surtout en ce qui concerne la réconciliation nationale, la paix et la sécurité, gages de toute action de développement ». 

L’allocution d’investiture a été appréciée par l’analyste Lionel Bilgo : « Il a parlé de la question sécuritaire, de la réconciliation nationale, mais aussi de la transformation de notre société puisqu’il invite les Burkinabè à changer de mentalité. C’est un discours qu’il faut prendre à la lettre mais aussi surveiller et superviser de sorte qu’il tienne parole. »

Une autre priorité, la justice

De l’avis de l’artiste et activiste Smockey, les dossiers pendants en justice doivent également être une priorité du chef de l’État.

« Il faut avoir le courage politique de les mener à terme ; de faire en sorte que cette justice aille au bout. La réconciliation n’exclue pas que justice soit faite pour tous ceux qui ont été lésés. »

La réconciliation nationale « ne saurait faire l’économie des crimes de sang » a prévenu le Président du Faso dans son discours d’investiture.

Pour mener à bien ce nouveau quinquennat, Roch Marc Christian Kaboré devra prendre soin lors de la composition de son gouvernement, selon Lionel Bilgo.

« Cette première expérience de cinq années lui donne beaucoup plus d’atouts pour mieux sélectionner pour mieux donner le cap pour transformer le pays », a estimé Lionel Bilgo.

Plusieurs chefs d’État étaient présents pour cette première étape du dernier quinquennat de Roch Marc Cristian Kaboré à la tête du Burkina Faso.

Richard Tiéné