Au Maroc, lancement d’une campagne de dépistage massif pour accompagner la reprise économique

0
28
This handout picture provided by the Moroccan Royal Palace on April 7, 2020 shows King Mohammed VI (C) receiving officials Said Amzazi (2nd-L), Othman el-Ferdaous (L), and Prime Minister Saad-Eddine El Othmani at the palace in Casablanca. - Wearing face masks in public will be obligatory in Morocco from April 7 in a bid to stem the spread of coronavirus, according to an official decree. The decision was announced after a government meeting on how to control the epidemic. (Photo by - / MAP / AFP) / == RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /HO/ MOROCCAN ROYAL PALACE" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS ==

Les efforts se poursuivent au Maroc pour maîtriser la propagation du coronavirus et en limiter l’impact. Alors que le royaume vient d’entamer un allègement progressif des mesures de confinement en vigueur depuis le 20 mars dernier, la reprise de l’activité économique s’accompagne d’une initiative nationale de dépistage massif du covid-19. Visant à limiter la propagation du virus en milieu professionnel, cette campagne de dépistage à grande échelle fait suite à l’appel lancé par le roi Mohammed VI, invitant le patronat marocain à prendre part à l’effort national de gestion de la pandémie.

Impliqué de manière personnelle dans la gestion de la pandémie, le souverain a donné ses instructions au Ministère de la Santé afin de mettre à disposition de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), les « moyens matériels et humains » nécessaires au lancement de cette campagne de dépistage, tout en « tenant compte de la promiscuité et des caractéristiques et contraintes sanitaires inhérentes aux lieux de travail », souligne un communiqué conjoint du Ministère de la Santé et la confédération patronale.

Après les établissements bancaires où plus de 8.100 tests ont été effectués depuis le 16 mai, c’est l’ensemble du secteur privé qui est appelé à mener des dépistages des effectifs. A travers cette initiative, le royaume qui a dépassé la barre des 17 500 tests de dépistage quotidiens, réalisés dans les 24 laboratoires du pays, entend accélérer la reprise économique sans compromettre la sécurité des employés et de leurs proches.

Suivant les directives royales, la campagne menée depuis le 3 juin par le patronat marocain en partenariat avec le Ministère de la Santé et le Ministère de l’Intérieur, a permis de proposer les tests à prix coûtant aux entreprises. Les prix ont ainsi été plafonnés à 100 DH par collaborateur pour les tests sérologiques et 500 DH pour les tests PCR, afin que la dimension financière ne soit pas un frein pour les employeurs marocains.

Pour l’heure, la situation épidémiologique semble sous contrôle dans le pays qui entame ce jeudi 11 juin, une quatrième période sous état d’urgence sanitaire, prolongé jusqu’au 11 juillet prochain. Mardi dernier, le Maroc optait pour un assouplissement du confinement dans les provinces les moins affectées, divisant le pays en deux grandes zones distinctes.

Au total, 8508 cas de contamination ont été enregistrés dans le pays, dont 7565 rémissions et 211 décès.

Ecofin