Zimbabwe : le gouvernement à la traque du commerce illégal d’or

0
68

Le Zimbabwe perd au moins 100 millions de dollars d’or chaque mois, à cause de trafic de clandestins à travers des frontières poreuses. Mais, le gouvernement est actuellement en train de prendre des dispositions, afin de mettre en place des mesures pour colmater les fuites.

L’or est la principale source de devises du Zimbabwe. L’année dernière, le pays a gagné 946 millions de dollars américains contre 1,3 milliard de dollars américains en 2018, grâce aux exportations du métal précieux. Certaines des mesures sur lesquelles le gouvernement travaille pour colmater les fuites, comprennent l’installation d’un système informatisé sophistiqué aux postes frontières et aux aéroports du pays, qui sera en mesure de détecter les activités illégales.

Le Trésor a également l’intention de se procurer 500 véhicules de police, dans le cadre d’une série de mesures pour aider à lutter contre la criminalité et améliorer l’efficacité en termes de maintien de l’ordre et de lutte contre la corruption, entre autres activités illégales. S’exprimant lors d’une tournée de familiarisation de certains postes de police à Bulawayo, le ministre de l’Intérieur et du Patrimoine culturel, Kazembe Kazembe, a indiqué que le gouvernement était préoccupé par le trafic d’or, entre autres pierres précieuses, qui portent préjudice au pays à hauteur de 100 millions de dollars américains chaque mois.

Le ministre Kazembe a déclaré que dans le cadre d’une série de mesures pour lutter contre la contrebande parmi d’autres activités criminelles, son ministère est en train d’équiper la police de la République du Zimbabwe (ZRP) de technologies modernes et de canaliser davantage de ressources pour la lutte contre la criminalité. « Nous perdons près de 100 millions de dollars d’or chaque mois, qui est sorti clandestinement du pays à travers nos frontières. La criminalité est devenue complexe et sophistiquée étant donné que les auteurs exploitent les progrès technologiques pour renforcer leurs activités criminelles », a-t-il déclaré.

« En fait, tout le monde sait que les nouveaux crimes tels que la cybercriminalité redéfinissent le terrain de la police. Il est donc nécessaire de doter le ZRP d’un équipement de prévention, d’enquête et de détection du crime assisté par la technologie afin que l’organisation puisse se tenir au courant des sophismes criminels. Une police intelligente est, en effet, la voie à suivre », a-t-il ajouté.

Toutefois, le ministre Kazembe a exhorté la police à éviter la corruption et les a assurés que le gouvernement va prendre des mesures, afin d’améliorer leur bien-être. « Fuyez la corruption… Nous avons peut-être des pommes pourries, mais nous avons néanmoins un devoir à accomplir et un mandat pour maintenir la paix et la sécurité. D’une manière générale, la police fait du bon travail et elle devrait également jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre la corruption et les trafics de minerais, en particulier l’or, qui est en train de sortir de nos frontières », a-t-il lancé.

« Nous ne perdrons jamais de vue le fait qu’un maintien de l’ordre efficace est un exercice très coûteux, bien qu’il s’accompagne de récompenses inestimables sous forme de paix, de stabilité et d’attrait des investissements. Un environnement plus sûr, ce qui reste un facteur essentiel pour parvenir à une économie à revenu intermédiaire de la tranche supérieure 2030, comme l’a soutenu Son Excellence le Président Mnangagwa dans Vision 2030  », a-t-il poursuivi.

 Dale Abraham Sarr

 –