Soudan: le président Omar el-Béchir reçu en « vieil ami » à Pékin

0
248
Le président chinois Xi Jinping a accueilli mardi son homologue du OMAR EL BECHIRSoudan, Omar al-Béchir –inculpé pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale (CPI)– en qualifiant son hôte de « vieil ami du peuple chinois ».

Le président soudanais est l’un des chefs d’Etat qui assistera jeudi au défilé militaire organisé à Pékin pour marquer le 70è anniversaire de la capitulation du Japon en 1945, un événement auquel la plupart des dirigeants occidentaux ne participeront pas.

« Vous êtes un vieil ami du peuple chinois », a déclaré le président Xi après avoir serré les mains de M. Béchir et de l’importante délégation l’accompagnant.

« La Chine et le Soudan sont comme deux frères qui sont aussi bons amis et partenaires », a ajouté le président chinois.

Pékin est le premier partenaire commercial du Soudan et le premier investisseur dans ce pays. La venue du président soudanais « montre que notre partenariat est fort », a ajouté Xi Jinping.

La CPI a accusé en 2009 le chef de l’Etat soudanais de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, et en 2010 de génocide, des faits tous relatifs au conflit au Darfour qui fait rage depuis 2003.

M. Béchir voyage régulièrement dans des pays africains mais rarement aussi loin qu’en Chine, où il s’est déjà rendu en 2011.

Une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mme Hua Chunying, a rappelé mardi devant la presse que « la Chine n’est pas signataire du Statut de Rome sur la Cour pénale internationale », même si Pékin est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU qui a adressé le cas du Darfour à la Cour.

« Les peuples d’Afrique, y compris le peuple du Soudan, ont apporté d’importantes contributions durant la guerre mondiale anti-fasciste », a-t-elle ajouté en référence à la Deuxième guerre mondiale.

Depuis 2003, des insurgés, accusant notamment Khartoum de les marginaliser économiquement et politiquement, s’opposent à l’armée soudanaise au Darfour, dans l’ouest du pays. Ce conflit a fait plus de 300.000 morts et déplacé 2,5 millions de personnes, selon l’ONU.

« Pour le Soudan et la Chine, la coopération en matière politique, économique, culturelle et dans bien d’autres domaines encore a eu de bons résultats », a répondu le président soudanais à son homologue chinois.

AFP