SAHARA: LE POLISARIO DIT AVOIR ARRÊTÉ 19 TRAFIQUANTS DE DROGUE MAROCAINS

0
157

Le Front Polisario, qui réclame l’indépendance du Sahara occidental, territoire contrôlé en grande partie par le Maroc, a affirmé mercredi à l’AFP avoir arrêté 19 trafiquants marocains de haschich et accusé Rabat d’organiser ce trafic.

Les troupes du Polisario ont arrêté le 16 juillet au soir « 19 trafiquants de drogue marocains qui ont traversé le mur » de défense en sable érigé par le Maroc à la limite du territoire sous son contrôle au Sahara occidental, a déclaré à l’AFP Mhamed Khadad, membre de la direction du groupe indépendantiste.

Ces trafiquants ont franchi le mur « avec la complicité des militaires » marocains postés « au niveau de la région de Guelta Zemmour », à une trentaine de km de la frontière mauritanienne, a-t-il ajouté.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est, en 1975, passé en grande partie sous contrôle du Maroc. Le Front Polisario, qui a proclamé une République arabe sahraouie démocratique (RASD), soutenue par Alger, contrôle environ un tiers du territoire sahraoui, le long des frontières algérienne et mauritanienne, de l’autre côté du mur de sable marocain.

M. Khadad a dénoncé « l’ampleur du trafic organisé de drogue en direction des pays voisins du Maroc et au-delà vers le Sahel et le Moyen-Orient », trafic « qui jouit de complicités au sein de l’administration et des hauts gradés marocains ».

« Nous avons intercepté des dizaines de tonnes durant l’année 2016 et depuis le début de 2017 », a-t-il affirmé.

Selon l’Office de l’ONU contre la drogue et le crime (ONUDC), le Maroc est le premier producteur mondial de haschich et l’un des principaux exportateurs de résine de cannabis, écoulée pour l’essentiel en Europe.

Près de 50.000 hectares de terres agricoles sont consacrées à cette culture, pour l’essentiel dans la région du Rif (nord), affirmait en 2015, l’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants (OICS), estimant le chiffre en baisse grâce aux efforts des autorités marocaines.

Un cessez-le-feu, supervisé par une force de maintien de la paix de l’ONU (Minurso) est en vigueur au Sahara occidental entre l’armée marocaine et le Polisario depuis 1991.

Mais les négociations sur l’avenir du territoire sont dans l’impasse depuis 2012. Le Polisario réclame un référendum d’autodétermination, tandis que Rabat propose d’accorder au Sahara occidental une autonomie sous souveraineté marocaine.

                                                                             Afp