Coopération : les pays africains producteurs de pétrole entament la reforme de leur association

0
385
ADO-PIPELINE-YAMOUSSOUKRO2

Abidjan accueille, du 10 au 13 novembre, la première réunion du Comité de pilotage de l’Association des producteurs de pétrole africains (APPA) ayant pour objet la réforme de ladite association et l’évaluation de ses principaux organes permanents. Cette rencontre se tient en prélude à la Session extraordinaire du Conseil des ministres de l’APPA qui se tiendra le 12 janvier 2015.
A l’ouverture des travaux, lundi 10 novembre, les experts du comité de pilotage ont annoncé que leurs réflexions porteront sur les textes de base du secrétariat technique de l’association, en s’appuyant sur les propositions soumises par les 18 pays membres, dont fait partie la Côte d’Ivoire.A ce titre, le ministre du Pétrole et de l’Energie, M. Adama Toungara a déclaré que ces assises « permettront au conseil des ministres des pays membres de recadrer et de redéfinir les nouvelles orientations au plan organique, comptable et financier, afin d’adapter les objectifs premiers de cette association créée en 1987, aux défis du moment et de l’avenir ».Le Fonds de coopération technique mis en place par les États membres de l’APPA devra être également « revu » lors de cette réunion, pour être ajusté aux besoins inhérents, a fait savoir M. Toungara. Ce fonds « n’a pas donné la pleine satisfaction » qui était souhaitée depuis sa mise en service en 2006. Il s’agira donc de définir la meilleure manière « de le faire fructifier et exploiter» en faveur de la coopération technique au sein de cette organisation panafricaine, a-t-il poursuivi.

Cette première réunion fait suite à la résolution prise par le conseil des ministres des pays membres de l’APPA, le 31 mars dernier à Malabo, afin que soit effectuée une étude d’évaluation des instances dirigeantes de l’association, ainsi que sa réforme. Cette dernière a été initiée pour rendre plus perceptible, l’impact des activités de l’APPA sur le développement du secteur pétrolier et gazier des pays membres qui détiennent la quasi-totalité de la production et des réserves de pétrole et de gaz sur le continent. Soit, 8% des réserves mondiales de pétrole brut, et 10% de la production globale (9,4 millions de barils/jour) en 2013.

En 2012, l’APPA affichait également 8% des réserves mondiales de gaz naturel et 6% de la production mondiale.


A l’ouverture des travaux, lundi 10 novembre, les experts du comité de pilotage ont annoncé que leurs réflexions porteront sur les textes de base du secrétariat technique de l’association, en s’appuyant sur les propositions soumises par les 18 pays membres, dont fait partie la Côte d’Ivoire.A ce titre, le ministre du Pétrole et de l’Energie, M. Adama Toungara a déclaré que ces assises « permettront au conseil des ministres des pays membres de recadrer et de redéfinir les nouvelles orientations au plan organique, comptable et financier, afin d’adapter les objectifs premiers de cette association créée en 1987, aux défis du moment et de l’avenir ».Le Fonds de coopération technique mis en place par les États membres de l’APPA devra être également « revu » lors de cette réunion, pour être ajusté aux besoins inhérents, a fait savoir M. Toungara. Ce fonds « n’a pas donné la pleine satisfaction » qui était souhaitée depuis sa mise en service en 2006. Il s’agira donc de définir la meilleure manière « de le faire fructifier et exploiter» en faveur de la coopération technique au sein de cette organisation panafricaine, a-t-il poursuivi.

Cette première réunion fait suite à la résolution prise par le conseil des ministres des pays membres de l’APPA, le 31 mars dernier à Malabo, afin que soit effectuée une étude d’évaluation des instances dirigeantes de l’association, ainsi que sa réforme. Cette dernière a été initiée pour rendre plus perceptible, l’impact des activités de l’APPA sur le développement du secteur pétrolier et gazier des pays membres qui détiennent la quasi-totalité de la production et des réserves de pétrole et de gaz sur le continent. Soit, 8% des réserves mondiales de pétrole brut, et 10% de la production globale (9,4 millions de barils/jour) en 2013.

En 2012, l’APPA affichait également 8% des réserves mondiales de gaz naturel et 6% de la production mondiale.

ministères

.