Nigeria: L’inquiétude des parents du lycée de Katsina

0
79

Ils sont retournés sur le site du lycée professionnel de Katsina, où leurs garçons auraient été enlevés par les terroristes de Boko Haram le week-end dernier.

Ces parents des 333 garçons vont malheureusement retourner bredouille, leurs fils sont introuvables, trois jours après leur enlèvement. Plusieurs parents ont réagi au micro d’AFP.

Ça fait presque trois jours que je suis ici. Je suis ici si dans l’espoir de voir mon enfant qui a été enlevé vendredi soir par ces bandits ici dans l’État de Katsina. C’est pourquoi je viens ici, je m’attends à pouvoir voir mon fils, mais honnêtement, je n’ai toujours pas vu mon fils et c’est pourquoi je ne suis pas heureux, je ne suis pas heureux, je ne suis pas heureux du tout. Je ne suis pas heureux.

La police de Katsina a déployé ces hommes sur le terrain depuis ce rapt revendiqué par le groupe Boko Haram mardi 15 décembre, les recherches n’ont cependant pas permis de confirmer que les 333 lycéens étaient aux mains du groupe terroriste.

Honnêtement, je n’ai pas confiance en la déclaration de Boko Haram, c’est un mensonge, car Shekau a l’habitude de faire de tels mensonges juste pour embrouiller les gens. Je n’ai pas confiance en cela et la situation n’est pas ce qu’il a dit qu’elle est.

Les recherches se poursuivent et aucun de ces parents ne souhaite vivre la douleur des familles de Chibok en 2014 ou plus de 276 jeunes filles avaient été séquestrées durant des années par Boko Haram.

Il a été dit que Shekau a ordonné l’enlèvement des enfants, nous ne connaissons pas la vérité seul Dieu connaît la vérité. Tout ce que nous savons, c’est qu’un vol à main armée a eu lieu dans l’école. Chaque fois que je venais rendre visite à mon enfant, il me disait que des voleurs armés passaient dans l’école, mais n’y étaient jamais entrés. Nos enfants nous disaient que des voleurs armés venaient jusqu’à la clôture de l’école, mais qu’ils n’avaient jamais franchi la clôture. Jusqu’à vendredi dernier, on nous a dit que des voleurs armés étaient entrés dans l’école vers 22 heures et les avaient emmenés.

Le président nigérian a réagi à un nouveau enlèvement des jeunes garçons dans le nord du Nigeria et promet de tout mettre en oeuvre pour les ramener à leurs familles. Un espoir que ces parents gardent au plus profond de leur cœur.

Un enfant n’appartient pas seulement à une personne, plus de 520 enfants ont disparus, ils m’appartiennent tous en tant que mère, ils appartiennent à tout le monde. Je ne pleure pas seulement pour mon enfant, mais pour tous les autres enfants.

Rappelons, qu’au cours de son premier mandat, le président Muhammadu Buhari avait réussi à récupérer plus d’une centaine de ses jeunes filles qui pour la plupart avaient refusé de rejoindre leurs familles d’origine.