L’Ethiopie annonce une croissance économique de 6,1% pour l’exercice 2019/20 malgré la covid-19

0
72

L’économie éthiopienne s’est montrée particulièrement résiliente au cours de l’exercice 2019/2020, malgré la crise de la covid-19. Le pays enregistre une croissance de 6,1%, au moment où le FMI tablait sur un faible taux de 1,9%.

L’Ethiopie a enregistré une croissance économique de 6,1% au cours de l’exercice budgétaire 2019/2020 qui s’est terminé le 8 juillet 2020, malgré la pression mondiale exercée par la pandémie de covid-19. L’annonce a été faite ce lundi 19 octobre par le Premier ministre, Abiy Ahmed (photo), au cours d’une séance spéciale de la Chambre des représentants du peuple (Chambre basse du Parlement).

Le taux de croissance enregistré par le pays au cours de l’exercice 2019/2020 est inférieur de 2,9 points à l’objectif initial que s’étaient fixé les autorités éthiopiennes au cours de cette période avant le déclenchement de la crise sanitaire.

Cependant, cette performance est bien au-delà des projections du Fonds monétaire international (FMI) qui tablaient sur un taux de 1,9% en 2020 sous l’effet de la covid-19. Ce, après une croissance de 9% enregistrée par l’économie éthiopienne en 2019.

Selon Abiy Ahmed, l’économie du pays est restée résiliente et le PIB a atteint 107,4 milliards $ et dépassé les 1000 $ par habitant.

Les secteurs les plus dynamiques de l’économie ont été l’exploitation qui a connu une croissance de 91% au cours de l’exercice en question, l’agriculture, l’industrie, et le secteur des services qui enregistrent respectivement une croissance de 4,3%, 9% et 5,3%.

Le Premier ministre éthiopien s’est également félicité des retombées des mesures de soutien à l’économie face à la pandémie. De sorte que pendant cette période, 70% des prêts accordés par les banques, à savoir 198 milliards de birrs (environ 5,3 milliards $) – sur un total de 271 milliards de birrs (environ 7,3 milliards $) – ont été accordés au secteur privé.

Le gouvernement éthiopien a par ailleurs alloué environ 3,3 milliards de birrs (environ 89 millions $) sous forme de prêt pour soutenir les organisations du tourisme et les agences de voyage.

D’après Abiy Ahmed, les dépenses prévues au budget 2020/2021 qui se chiffrent à 476 milliards de birrs (environ 12,8 milliards $), soit 12% du PIB, devraient contribuer à soutenir la croissance enregistrée et à stimuler davantage les activités économiques. L’objectif de croissance pour ce nouvel exercice budgétaire s’élève à 8,5% du PIB.

Borgia Kobri