Les présidents français Chirac, Sarkozy et Hollande étaient sur écoute par la NSA, selon Wikileaks

0
255

Une sélection de documents, intitulée « Espionnage à l’Elysée » et ECOUTES TELEPHONIQUESpubliée mardi par Wikileaks en collaboration avec le quotidien français Libération et le site d’informations français Mediapart révèle que les trois présidents français successifs, Francois Hollande, Nicolas Sarkozy, et Jacques Chirac ont été espionnés par la NSA (agence nationale de sécurité américaine) sur une période allant au moins de 2006 à mai 2012.

Selon un communiqué de presse de Wikileaks, cette publication est une collection de documents techniques et de rapports classés TOP SECRET de la NSA. « Ces documents portent sur les moyens de surveillance et le renseignement sur les communications de personnes haut-placées dans le gouvernement français, qui s’étale sur une dizaine d’années ».

Ces documents concernent des communications spécialement ciblées des présidents Hollande (2012-présent), Sarkozy (2007-2012), et Chirac (1995-2007), mais aussi des ambassadeurs français aux Etats-Unis, précise le communiqué.

D’après le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, « Le peuple français a le droit de connaître que son gouvernement et ses élus sont sujets à une surveillance hostile provenant d’un allié supposé. Nous sommes fiers de notre travail avec des médias français : Libération et Mediapart, en vue de porter cette histoire à la connaissance du public. Les lecteurs français peuvent espérer des révélations régulières plus importantes dans un futur proche. »

Wikileaks a également indiqué que comme « Membre fondateur de l’Union européenne et un des cinq membres permanents au Conseil de sécurité de l’ONU, la France est un allié proche des États-Unis, et joue un rôle clé dans nombre d’institutions internationales ou associées aux États-Unis, y compris le G7, l’OTAN et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ».

« Ces révélations sur l’ampleur du programme d’espionnage des dirigeants et diplomates français font écho à celles dans la presse allemande, sur l’espionnage par les États-Unis des communications de la chancelière Angela Merkel, et d’autres membres du gouvernement Allemand. Ces révélations avaient provoqué un scandale politique en Allemagne, aboutissant à une enquête officielle, encore en cours, portant sur la collaboration des services de renseignement allemands avec les États-Unis », ajoute le communiqué.

                                                                                                   Xinhua