Le Pr Philémon Zoo Zame et le Pr Justine Diffo s’engagent à booster les performances de l’ART et à accélérer la digitalisation du Cameroun

0
77

Au Cameroun, de nouveaux textes législatifs et réglementaires ont été pris par le gouvernement pour améliorer la gestion des entreprises et établissements publics afin qu’ils puissent jouer pleinement leur rôle afin d’atteindre les résultats escomptés. Directeurs généraux et présidents de conseil d’administration des entités publiques sont concernés par ces nouveaux textes.

A l’Agence de régulation des télécommunications (ART), un nouveau PCA, en la personne du Pr Justine Diffo, est en place depuis quelques semaines. Elle a été nommée à ce poste le 30 avril 2020 par le président de la République, Paul Biya. Occasion pour l’agence qui a connu quelques incompréhensions il y a quelques mois avec l’ancien PCA de se mettre à jour sur les nouveaux textes législatifs et réglementaires régissant l’agence.

A l’initiative de la nouvelle PCA, un atelier d’échanges et de débats sur le nouveau cadre juridique de l’Agence a été organisé par l’ART ce 25 mai 2020 à l’hôtel Mont Fébé de Yaoundé. Les membres du conseil d‘administration conduits par la nouvelle PCA et l’ensemble des cadres de la direction générale de l’ART conduits par le Pr Philémon Zoo Zame ont participé à cet atelier d’échanges et de débats.

A l’entame de cet atelier, le Pr Philémon Zoo Zame a salué la nomination du Pr Justine Diffo comme PCA et a profité de l’occasion pour lui présenter l’agence et le contexte dans lequel la PCA et les nouveaux membres du CA arrivent.

Nouveau cadre juridique

Selon, le Pr Philémon Zoo Zame, en plus de la signature par le gouvernement de nouveaux textes législatifs et réglementaires pour améliorer la gestion des entreprises et des établissements publics, la nouvelle PCA arrive dans un contexte où cet organisme connait des mutations dues au renouvellement de certains de ses membres.

Au plan juridique et institutionnel, le dernier texte en date est l’arrêté N°000005/200/MINFI du 04 mai 2020 portant classification des Etablissements publics au Cameroun.  Près d’un an plus tôt, le président de la République, Paul Biya, signait le décret N°2019/322 du 19 juin 2019 fixant la classification des établissements publics, la rémunération, les indemnités et les avantages de leurs dirigeants et le décret No2019/320 du 19 juin 2019 précisant les modalités d’application de certaines dispositions des lois 2017/010 et 2017/011 du 12 juillet 2017 portant statut général des établissements publics et des entreprises publiques. Tous des textes dont la compréhension est nécessaire poyr le bon fonctionnement de l’ART.

Le DG a donc salué le sens de l’anticipation de la nouvelle PCA, qui, d’après lui, après son installation le 07 mai 2020 par la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng,  a rapidement pris la mesure des enjeux et défis qui s’imposent à l’ART relativement à l’implémentation du nouveau cadre juridique des établissements publics.

« A cet égard, a déclaré le Pr Philémon Zoo Zame, le présent atelier que vous avez initié, a comme objectifs de permettre aux participants de s’approprier le nouveau cadre juridique et ses principales implications dans le pilotage et le fonctionnement de l’ART; de revisiter et intégrer les exigences et principes cardinaux de la performance dans la gestion de l’ART; de susciter le développement d’une vision consolidée et partagée en matière de bonne gouvernance et de se servir au quotidien de la technique de mobilisation pour une meilleure implémentation du nouveau cadre juridique des établissements publics à l’ART ».

Des experts et des exposés

Au menu des échanges avec les experts,  un exposé du Pr Mathias Eric Owona Nguini, sur le thème « l’impérieuse nécessité d’une meilleure appropriation et d’une saine application du nouveau cadre juridique des établissements publics et des organes de gestion » ; un autre exposé discussion sur le thème « les défis de l’amélioration de la performance à l’ART » avec le consultant Pierre Vincent Ngambo Fondjo.

D’autres exposés avec des thèmes comme « les défis de la promotion de la gouvernance à l’ART» ou encore « la technique de mobilisation: moteur d’action pour une meilleure implémentation du nouveau cadre juridique à l’ART» sont prévus demain, 26 mai 2020, fin de l’atelier.

La nouvelle PCA a pour sa part rappelé qu’à l’occasion de son adresse à la jeunesse le 10 février 2016, appelant à un engagement collectif pour gagner le pari d’une transition numérique réussie, le président Paul Biya disait que : « Le gouvernement devra poursuivre avec méthode et efficacité l’assainissement et la bonne régulation de ce secteur clé, dans l’intérêt de l’économie nationale (…) ».

Pour elle, cet appel du président de la République à l’adoption d’une bonne régulation interpelle fortement la présidence du conseil d’administration et la direction générale de l’ART dont l’engagement dans ce domaine doit être exemplaire.

« Aussi, vous l’aurez compris, l’ART de par ses missions, se trouve-t-elle fortement interpellée dans la réalisation de ces engagements, avec une réadaptation complète du mode de gouvernance et de régulation du secteur. Je ne saurais clore mon propos sans rappeler les hautes directives du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, édictées à l’issue du Conseil de cabinet du 25 avril 2020, et qui justifient d’ailleurs l’exercice de ce jour. En effet, le gouvernement attend de nous l’élaboration des outils modernes de Gestion des Ressources Humaines de l’ART, au rang desquels un Plan d’Organisation et d’Effectifs, un cadre organique moderne calqué sur les standards internationaux », a indiqué le Pr Justine Diffo.

Par Digital Business Africa