Felix Tshisekedi à la recherche d’une nouvelle majorité

0
222

Felix Tshisekedi s’est exprimé en direct dimanche sur la chaîne d’Etat RNTC pour évoquer la situation politique en République Démocratique du Congo (RDC) à l’issue d’une période de consultations.

« Mes chers compatriotes, je vous ai consulté, vous m’avez parlé. Ces consultations ont mis en évidence, à une écrasante majorité, le rejet de la coalition entre le Front commun pour le Congo et mon parti du Cap pour le changement. En conséquence, j’ai décidé de nommer un informateur. Il sera chargé d’identifier une nouvelle coalition réunissant la majorité absolue des membres au sein de l’Assemblée nationale » a déclaré le chef de l’Etat.

Cette annoncea donné lieu à des scènes de joie dans les rues de Kinshasa, même si Felix Tshisekedi a déjà agité la menace d’une dissolution de l’Assemblée en cas d’échec. « Au cas contraire », a t-il précisé, « j’userai des prérogatives constitutionnelles qui me sont reconnues pour revenir vers vous, peuple souverain, et vous demander une majorité ».

Fin de coalition avec Joseph Kabila

Les consultations politiques ont été menées au cours du mois de novembre avec les forces politiques et des représentants de la société civile. Elles ont faire ressortir la nécessité d’une nouvelle majorité face au rejet de la coalition avec le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila.

Ses partisans accusent d’ailleurs les proches du Président d’essayer à présent de débaucher certains députés pour s’assurer la majorité à l’Assemblée nationale.

Le FCC estime que les décisions « unilatérales » du chef de l’État « violent gravement la Constitution et servent de prétexte pour liquider, par l’instauration d’un régime dictatorial au service d’un pouvoir personnel, les institutions », dans une réaction lue lundi devant la presse.

« Le FCC prend acte de la décision du président de la République de mettre fin à la coalition », a ajouté son coordonnateur Néhémie Mwilanya, l’ancien directeur de cabinet du président Joseph Kabila.