Coronavirus : selon l’OMS la possibilité d’un virus créé par des laboratoires chinois est « hautement improbable »

0
184
Peter Ben Embarek speaks during a press conference to wrap up a visit by an international team of experts from the World Health Organization (WHO) in the city of Wuhan, in China's Hubei province on February 9, 2021. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)

Depuis 2019, plusieurs hypothèses ont été formulées sur les origines de la pandémie de covid-19. Au centre des débats, la Chine avait fini par accepter d’accueillir une mission de l’OMS pour enquêter sur les débuts de la maladie qui touche désormais tous les continents.  

La théorie selon laquelle le coronavirus a été fabriqué dans des laboratoires chinois est « hautement improbable ». C’est ce qu’a annoncé ce 9 février 2021, Peter Ben Embarek (photo), un fonctionnaire de l’OMS, lors d’une conférence de presse.

Selon le responsable, le virus « pourrait avoir été introduit par une personne infectée et s’être ensuite propagé à d’autres dans le marché [de Huanan, Ndlr], mais il pourrait également s’agir de l’introduction d’un produit […] Parmi les produits les plus intéressants figuraient des animaux sauvages congelés, certaines de ces espèces sont connues pour être sensibles à ce genre de virus », a-t-il ajouté.

Cette déclaration vient contredire les rumeurs selon lesquelles la pandémie serait due à un « accident » survenu dans un laboratoire chinois, et aussi les hypothèses affirmant que le virus serait apparu dans le pays bien avant décembre 2019.

Suite à ces accusations, un temps alimentées par l’ancien président américain Donald Trump, mais toujours réfutées par Pékin, l’OMS avait décidé de diligenter des experts sur le territoire chinois pour réaliser des enquêtes approfondies sur les origines du virus. Si l’empire du Milieu avait longtemps retardé cette initiative, il avait fini par céder à la demande de la communauté internationale.

A l’issue de son enquête, le panel composé de 17 experts chinois et 17 internationaux a conclu que la covid-19 est probablement d’origine animale, même si l’espèce en question « n’a pas encore été identifiée ».

« Nous nous sommes lancés dans une recherche très détaillée et approfondie d’autres cas qui auraient pu être manqués au début de 2019 », a indiqué Peter Embarek. Et d’ajouter : « la conclusion a été que nous n’avons pas trouvé de preuves d’épidémies importantes qui pourraient être liées à des cas de covid-19 avant décembre 2019 à Wuhan ou ailleurs ».

Pour rappel, depuis le début de la pandémie de coronavirus en 2019 à Wuhan en Chine, plus de 106 millions de personnes ont contracté le virus, 59,4 millions en ont guéri tandis que 2,3 millions de personnes en sont mortes. Les USA sont le pays le plus touché par la pandémie avec plus de 27 millions de cas recensés à ce jour.

Moutiou Adjibi Nourou