Changement climatique : faciliter le relogement de la population vietnamienne

0
318

Capture_vietnamGravement touché par les effets du changement climatique, le Vietnam a pris de nombreuses mesures pour soutenir la population vulnérable, à commencer par diverses politiques de relogement. Ce point a fait l’objet d’un colloque le 24 septembre à Hanoi.

«L’immigration est une tendance mondiale qui s’explique par divers facteurs, dont les conséquences de situations environnementales sur la vie quotidienne des gens», a affirmé Bakhodir Burkhanov, le vice-directeur national du Programme des Nations unies du développement (PNUD) au Vietnam.

Alors que les effets du changement climatique sont de plus en plus prégnants, «l’immigration et le relogement sont considérés comme des mesures vitales désormais», précise-t-il. Toutefois, ces candidats à l’immigration font face toujours à des risques de problèmes psychologiques, en particulier chez les enfants et les personnes âgées, de ne pas retrouver un nouvel emploi et autre disparition d’une ou plusieurs conditions fondamentales au bien-être telles que logement, accès aux soins de santé…

Depuis 1996, plusieurs politiques ont été prises pour les personnes les plus vulnérables. Plusieurs zones d’habitat dotées des infrastructures de base ont été construites pour accueillir ces personnes. Une tâche essentielle puisque la stratégie nationale de lutte contre les calamités naturelles prévoit le déménagement de quelque 130.000 foyers jusqu’en 2015, dont 70% vivant actuellement dans des zones inondables du delta du Mékong.

Partenariat des services concernés

Les foyers des provinces montagneuses du Nord bénéficieront également de conditions privilégiées pour évacuer les zones dangereuses en raison de la possibilité de crues déferlantes ou de glissements de terrain. Les populations du delta du fleuve Rouge, des hauts plateaux du Centre et du Nam Bô occidental en profiteront aussi. De même, le bénéfice du programme de relogement des pêcheurs sera étendu à l’ensemble de la province de Thua Thiên-Huê (Centre). En 2010, 555 foyers vivant sur la lagune de Tam Giang, et 343 autres, sur la rivière du Parfum, ont été déménagés.

Les divers ministères impliqués ont coordonné leurs efforts pour faciliter ces relogements. Les conditions de vie de ces personnes en lotissement se sont nettement améliorées avec eau de ville, électricité, services de soins de santé et établissement d’éducation. Les nouveaux lotissements qui sont construits depuis quelques années participent directement à la mise en œuvre du programme d’édification d’une Nouvelle ruralité.

Renforcement des campagnes de sensibilisation

Toutefois, «le manque d’aménagement global des zones de relogement constitue encore une des grandes difficultés dans ces programmes», a tempéré Ma Quang Trung, chef du Département de la coopération économique et du développement rural du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Ce d’autant plus que le financement de la réalisation des programmes n’est pas suffisant aujourd’hui.

Pour pallier ces problèmes, une réforme des politiques et un renforcement des campagnes de sensibilisation sur les conséquences du changement climatique sont désormais jugés inévitables en vue d’accélérer comme d’améliorer les conditions de relogement. À cela s’ajoute une nécessaire diversification des programmes nationaux et locaux afin de mieux prendre en compte les besoins des personnes déplacées dans un lotissement qui constitue un nouvel environnement de vie.

Conjointement organisé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Vietnam et le ministère vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural, ce colloque a dressé un bilan de  l’immigration au Vietnam due au changement climatique, lequel contribuera à la lutte contre la pauvreté du pays.

 Vân Anh/CVN.