Centrafrique : les forces de sécurité arrêtent un citoyen français en possession d’un « arsenal militaire important »

0
2070

Selon le procureur Eric Didier Tambo, l’individu pourrait avoir été membre en 2013 des encadreurs de la Séléka. Son arrestation coïncide avec celle de Dieudonné Ndomaté, un ancien ministre proche de François Bozizé qui lui-même s’est récemment rallié aux rebelles de la CPC.   

En République centrafricaine, un citoyen français en possession d’armes de guerre a été arrêté le lundi 10 mai dans la capitale Bangui. L’annonce a été faite par les autorités qui précisent que l’arrestation a été effectuée suite à une perquisition réalisée au domicile de l’individu.

Selon Eric Didier Tambo, procureur général près de la Cour d’appel de Bangui, l’homme répondant au nom de Juan Rémy Quignolot « était suivi par la police qui a demandé au parquet d’ordonner une perquisition à son domicile », ajoutant : « nous sommes tombés sur des effets militaires, notamment des treillis, des armes, des rangers, des munitions et aussi sur des billets de banque qui circulent en République centrafricaine et en Afrique de l’Ouest, des dollars et même des euros » a-t-il ajouté.

D’après plusieurs sources médiatiques, l’homme âgé de 55 ans avait travaillé au sein de plusieurs organisations en Centrafrique en tant que garde du corps. D’après le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui cité par l’AFP, il se disait même journaliste.

S’il n’a pas encore été clairement prouvé que l’individu est un mercenaire ou un trafiquant d’armes, son arrestation intervient dans un contexte sécuritaire tendu en Centrafrique. Le pays est déchiré par une guerre qui oppose le gouvernement central à plusieurs groupes armés qui ont progressivement pris le contrôle d’une large partie du territoire national, depuis la chute de l’ancien président François Bozizé.

Pour mettre fin à la menace sécuritaire, l’actuel chef d’Etat, Faustin Archange Touadéra, fait régulièrement appel à la Russie qui, selon plusieurs sources sécuritaires, emploie non seulement des soldats réguliers, mais également des mercenaires.

Quoi qu’il en soit, ce rapprochement entre Bangui et Moscou est mal vu par plusieurs chancelleries occidentales qui semblent peu favorables à l’idée de voir le Kremlin installer son nouveau pré carré dans cette ancienne colonie française. D’ailleurs, certains observateurs craignent qu’en plus de sa situation sécuritaire déjà désastreuse, la République centrafricaine doive faire face à une guerre par procuration entre des puissances étrangères qui souhaitent conserver ou étendre leurs zones d’influence.

Faut-il le rappeler, l’arrestation de Juan Quignolot coïncide avec celle de Dieudonné Ndomaté, ancien ministre et proche de François Bozizé qui lui-même est désormais le coordonnateur de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). D’après les autorités, des enquêtes sont en cours et des communiqués devraient préciser dans les prochains jours les charges retenues contre les deux hommes.

Moutiou Adjibi Nourou