Cameroun : Douala 2eme reçoit plus de 3000 paquets minimums

0
2368
Salomon Njamen le conseiller municipal de la marie de Douala 2eme
Salomon Djamen le conseiller municipal de la marie de Douala 2eme
Salomon Njamen le conseiller municipal de la marie de Douala 2eme

C’est une idée ou tout au moins un projet mené par un habitant de Nkololoum Km5 qui  a mis sur pied un concept baptisé « NEW- Bell Solidarity tour ». Lui, c’est Salomon Njamen.

Et pour cette Edition 2016, les 33 quartiers que compte l’Arrondissement de Douala 2eme près de 3200 paquets composés de manuels scolaires pour les élèves et autres objets pour les parents reconnus comme oubliés de la société. «  Il faut toujours savoir d’où l’on vient. Tendre l’oreille à ceux qui en ont besoin. C’est du moins une démarche que nous avons  hérités de nos parents. Des valeurs qui manquent aujourd’hui face aux calculs de tous ordres, » explique Salomon Njamen, conseiller municipal et par ailleurs coordonnateur régional de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Progrès (ANDP), qui s’est exclu dans une campagne électoraliste quelconque pour évoquer le contrat social. « Je me suis lancé dans ces actions sociales axées sur la solidarité surtout en cette période de rentrée scolaire et académique génératrice de dépenses. Et, face à la conjoncture économique difficile que vivent nos parents dans cette zone de Douala, il fallait faire autrement les choses. L’urgence était de  venir en aide aux familles nécessiteuses de New Bell », déclare-t-il.

La caravane qui a donc débuté depuis le mois de juin 2016 va se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2016. A ce jour, 12 quartiers sur 33 ont été visités avec  plus de 3000 personnes bénéficiaires.

Education citoyenne

 Et au milieu des dons, des échanges avec les jeunes pour une éducation citoyenne de masse. « Il faut que nos cadets s’intéressent à la chose politique. Ils doivent pouvoir choisir leurs dirigeants, les évaluer, les sanctionner. Ce sont là les outils pour un développement durable »reconnait M. Njamen qui annonce une grande campagne de sensibilisation des jeunes en âge de voter pour aller s’inscrire sur les listes électorales.

«  C’est aussi un devoir des partis politiques comme le nôtre. Maintenant je veux qu’on soit clair, personne n’est obligée d’adhérer à l’ANDP, mais les jeunes doivent s’inscrire massivement sur les listes électorales pour choisir chacun ses dirigeants. C’est de cela qu’il s’agit »

Toutefois, il reste convaincu qu’il faut « mettre le distinguo entre l’essentiel et l’accidentel et qu’il faut bien éviter les justificatifs au hasard des calendriers politiques qui se soustraient souvent de la vraie solidarité »

Pour lui, et pour l’ANDP,  ces actions s’inscrivent dans le paradygme selon lequel « dans une société comme les nôtres, qu ‘on trouve des coutumes. Et une coutume ne se transforme en actes positifs que lorsqu‘elle présente un caractère majeur générant des intérêts bien définis et reconnus par les éléments constitutifs de la société comme telle : la coutume positive. »

Alphonse Djene