Afrique du Sud : Ramaphosa sert une demande d’explication à sa ministre de la Défense

0
58

Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, souhaite un rapport détaillé sur les circonstances qui ont conduit la ministre de la Défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, à partager un vol vers Harare, avec une délégation de hauts responsables de la direction du Congrès national africain (ANC). Il aurait accordé 48 heures à madame la ministre de la Défense et des Anciens combattants pour lui présenter ce rapport.

Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, souhaite un rapport détaillé sur les circonstances qui ont conduit la ministre de la Défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, à partager un vol vers Harare, avec une délégation de hauts responsables de la direction du Congrès national africain (ANC). Il aurait accordé 48 heures à madame la ministre de la Défense et des Anciens combattants pour lui présenter ce rapport.

Dans un communiqué publié vendredi soir, la Présidence a noté le débat public, qui avait été suscité autour d’un vol à destination de Harare avec à son bord Mapisa-Nqakula, qui avait eu l’autorisation de se rendre au Zimbabwe, pour rencontrer son homologue, afin de discuter des questions liées à la défense dans la région, à la suite d’un récent sommet de la SADC. « Dans l’intérêt de la bonne gouvernance et de l’utilisation prudente et éthique des biens de l’État, le Président a ordonné au ministre de fournir un rapport dans les 48 heures, qui exposera les circonstances entourant le vol et la liste des passagers », peut-on lire dans le communiqué.

« Le Président se félicite de l’intérêt manifesté par les Sud-Africains pour cette question, comme une indication de la vigilance de la nation contre les allégations de déploiement inapproprié des ressources publiques », ajoute-t-il.

Plus tôt vendredi, le membre de l’ANC NEC par ailleurs ministre du Développement social, Lindiwe Zulu, a indiqué que la crise zimbabwéenne était un cas d’importance nationale, qui justifiait que les membres du parti se déplacent en utilisant les ressources de l’État.

Zulu faisait partie d’une délégation de l’ANC, dirigée par le secrétaire général Ace Magashule, envoyée dans le pays voisin, par le parti, cette semaine. Cette visite visait à permettre à l’ANC de rencontrer son homologue zimbabwéen, le Zimbabwe African National Union-Patriotic Front (Zanu-PF), sur les violations des droits de l’Homme dans le pays.

Ces derniers temps, certains Zimbabwéens ont été soumis à des traitements des plus durs et à des arrestations, pour avoir dénoncé la corruption et la crise économique dans leur pays. Selon l’ANC, ses membres avaient simplement pris un vol avec le ministre de la Défense Nosiziwe Mapisa-Ngqakula, qui était en route pour le même pays, le Zimbabwe.